Algérie - Culture de Fruits et Légumes

Les Jardins de Hamma Bouziane

Témoignage de Mr Koutchoukali Abdelmadjid sur les Jardins de Hamma Bouziane en date du 26 Mars 2000 (retraité de l’APC de Constantine).

La localité de Hamma Bouziane était un petit paradis sur terre.
Durant la colonisation, les agriculteurs exportaient des fruits et légumes vers la France, la Tunisie…Jouissant d’un climat particulier, dû à ces eaux chaudes souterraines, elle était réputée pour les primeurs.
Durant la période 1952-1956, Mr Abdelmadjid se souvient des exportations :
- exportation de la cerise, variété « Bigaro » vers la France et la Tunisie, par bateau pour le premier pays et par camion Hotchkiss pour le second. Quant à la variété, cerise rouge, elle est utilisée pour la confiture.
- exportation en grande quantité de la pomme de terre « blanche » pour la France, pour les fêtes de Noël et de fin d’année.
- exportation aussi vers la France de l’abricot de table et de confiture, variété locale dénommée « Bouchaour », également de courgettes dans des caissettes de 2 à 5 kg.
- une variété de prune verte, commercialisé en Algérie…

Aujourd’hui, les Jardins de Hamma Bouziane, ne sont plus que l’ombre d’eux-mêmes. A cela, plusieurs raisons, qu’on peut énumérer comme suit :
- dévalorisation du travail de la terre
- éclatement et morcellement de l’exploitation agricole après héritage des enfants
- pas suffisamment d’eau pour irriguer, priorité a été donnée à l’AEP pour les Centres urbains et plus particulièrement la ville de Constantine.
- les poussières de la cimenterie ont accentué la dépréciation des terres du Hamma, et sont livrées à l’urbanisation (extension du chef lieu de commune, lotissements...).

Aux contraintes ci-dessus, l’espoir est permis de revoir les « Hammis », reprendre le flambeau de leurs parents, en sauvant, ce qui peut être sauvé. Pour l’eau, avec le barrage de Béni Harroun et la station de réutilisation des eaux traitées de la Step en cours de réalisation, permettront de lever le grand obstacle relatif à l’irrigation et donc la reprise en main des terres laissées en jachère.
Un effort également de la cimenterie, pour la maîtrise de sa cheminée et l’arrêt des nuages de poussière pour un reverdissement à nouveau de Hamma.



Fait à Constantine, le 21 Décembre 2008
Par Abdelouhab Karaali