Algérie

Les habitants souffrent le martyre

Aïn El-Türck sans eau depuis 10 jours L’alimentation en eau potable reste perturbée, dans tous les quartiers de la commune d’Aïn El Türck et ce, depuis le début du mois de juillet. Depuis une dizaine de jours, la crise de l’eau s’est aggravée encore depuis que la station de dessalement, surplombant la plage des Dunes, est tombée en panne. D’après un communiqué émanant de la Société de l’assainissement et de l’eau d’Oran (SEOR), «En attendant la fin de réparation de cette panne, nous avisons l’ensemble des clients et abonnés de la SEOR que le volume non produit sera compensé à partir du transfert du barrage de Beni Bahdel». Cependant, l’eau n’a pas coulé des robinets depuis 10 jours. Et la solution palliative, pour combler le déficit depuis le barrage suscité, n’a pas été opérée, pour étancher quelque peu la soif des habitants. On relève, également, du communiqué que l’alimentation en eau potable est perturbée au niveau d’Aïn El-Turck depuis vendredi 11 juillet alors que les habitants déclarent qu’ils n’ont pas été alimentés depuis bien avant cette date. Aussi, les responsables de la SEOR ont affirmé que les réparations de la station de dessalement d’eau de mer ne dépassera pas les 72 heures. Il semblerait, cependant, que la panne s’est avérée compliquée vu le retard enregistré. Les camions citernes de la SEOR, unité d’Aïn El Türck, n’ont pas distribué la moindre goutte d’eau aux habitants, contrairement aux directives de la direction générale, déclareront les habitants avant d’ajouter que «les camions approvisionnent certains ...privilégiés et pendant toute l’année alors qu’ils boudent les autres». Selon la SEOR, les réserves d’eau, pour cette saison estivale, ont atteint des seuils qualifiés de «critiques». Ils noteront que «contrairement aux années précédentes, il n’y aura pas, cette année, d’apport spécial-été à partir des barrages de Gargar et de Beni Bahdel, dont les niveaux actuels de remplissage sont très bas». Cette disette d’eau, en pleine saison estivale, a fait le bonheur des propriétaires des tracteurs citernes qui travaillent, désormais, jour et nuit pour répondre à la forte demande. Aux points d’approvisionnement, en eau, répertoriés à travers le territoire de la commune d’Aïn El Türck, en file indienne, les tracteurs comptent par dizaines et à toute heure. Certains habitants demandent aux autorités d’analyser l’eau de ces puits ainsi que celle des citernes ambulantes, car le risque pour la santé publique est potentiel. Egalement, ils alertent sur le phénomène du pompage intempestif de la nappe phréatique qui a réduit, de façon importante, son niveau. A Trouville, les puits illicites comptent par centaines. Au niveau des entrées des villas équipées de puits, les habitants, armés de jerricans, attendent d’être approvisionnés en eau potable. La plupart des fontaines aménagées par les propriétaires de ces villas restent fermées car l’eau ne peut suffire même pas aux besoins domestiques, notent les propriétaires. Cette crise de l’eau peut diminuer les taux de location pour le mois d’août, et par ricochet, tous les secteurs de consommation. B.M.
Votre commentaire s'affichera sur cette page après validation par l'administrateur.
Ceci n'est en aucun cas un formulaire à l'adresse du sujet évoqué,
mais juste un espace d'opinion et d'échange d'idées dans le respect.
Nom & prénom
email : *
Ville *
Pays : *
Profession :
Message : *
(Les champs * sont obligatores)