Algérie

Les archs solidaires

Les délégués de la CADC se sont réunis, dans la nuit de jeudi à vendredi, au village Mira, dans la localité d?Ath Jennad, dans un conclave ordinaire consacré principalement à arrêter des actions de soutien aux journalistes et à se fixer définitivement sur la question du dialogue. Ainsi, les animateurs des 23 coordinations présentes ont opté pour une participation massive à un rassemblement à Alger le 6 juillet prochain, le jour du procès de Mohamed Benchicou et de la journaliste du Matin Abla Cherif suite à une plainte du ministère de la Défense. Les délégués des archs ne ratent aucune occasion pour manifester leur solidarité avec la presse indépendante et ils envisagent de saisir les instances internationales sur les différentes atteintes aux droits de l?homme et à la liberté d?expression. Dans le même chapitre, les représentants des archs de la wilaya de Tizi Ouzou ont décidé de proposer à la prochaine interwilayas l?organisation d?une action d?envergure et une grève générale. Les délégués, qui ont reçu à l?occasion de ce conclave des exemplaires du document de réflexion sur le mouvement, ont abordé, durant plusieurs heures, la question de la reprise ou non du dialogue avec le gouvernement pour la mise en ?uvre de la plate-forme d?El Kseur. Certains participants ont proposé l?installation d?une commission pour prendre langue avec le chef du gouvernement. Une proposition qui n?a pas été approuvée par les autres délégués. Après de longues discussions, ils ont fini par se mettre d?accord sur l?interpellation du chef du gouvernement à travers une simple déclaration. Même si aujourd?hui rien de concret n?a été enregistré concernant cette idée de dialogue qui avait buté en mars dernier sur la question de tamazight et sans qu?Ouyahia se prononce clairement sur cette question, à savoir s?il maintient l?idée du référendum ou non, il se trouve des délégués qui pensent encore qu?une solution à la crise en Kabylie est encore possible avec Bouteflika.
Votre commentaire s'affichera sur cette page après validation par l'administrateur.
Ceci n'est en aucun cas un formulaire à l'adresse du sujet évoqué,
mais juste un espace d'opinion et d'échange d'idées dans le respect.
Nom & prénom
email : *
Ville *
Pays : *
Profession :
Message : *
(Les champs * sont obligatores)