Algérie

Les Américains s'y mettent

Les Américains s'y mettent
Un projet grandioseUne mission d'hommes d'affaires américains est attendue du 10 au 12 du mois courant en Algérie pour parler affaires.Les perspectives d'investissement en Algérie, ouvrent l'appétit aux hommes d'affaires américains qui affichent leur ambition de conquérir le marché algérien dans le cadre d'un partenariat gagnant-gagnant. Les deux pays sont engagés, récemment, dans le lancement de nouveaux projets dans le secteur agricole, notamment le développement de la filière laitière en Algérie. Les deux projets contenus dans les accords de partenariat signés sont en phase de concrétisation dans le domaine de l'élevage de vaches laitières, de production céréalière et fourragère. Le premier projet porte sur l'exploitation d'une ferme pilote de 25.000 hectares de superficie dans la wilaya d'El Bayadh, dont 5000 ha réservés à l'élevage de vaches laitières et d'autres bovins dont l'entrée en production est programmée pour le mois de mai prochain. Une fois mis en application, le projet en question dont le lancement est programmé pour la fin de l'année en cours, permettra de répondre aux besoins du marché national en matière de blé dur, d'orge, de fourrage de la pomme de terre et activera aussi dans l'ensilage du maïs, dont la première récolte est programmée pour le mois de mai prochain. Lors de la première récolte prévue en mai, il est prévu une production de 7200 tonnes de blé dur, de 7600 tonnes de fourrage, 7700 tonnes d'orge, 17.800 tonnes d'ensilage de maïs et 24.200 tonnes de pomme de terre. A terme, la ferme devra produire annuellement 72.000 tonnes de blé dur, 76.000 tonnes de fourrage, 77.000 tonnes d'orge, 350.000 tonnes d'ensilage de maïs et une moyenne de 60 tonnes/hectare de pomme de terre, soit une production globale de cette ferme d'environ 485.000 tonnes.Il s'agit du plus grand partenariat entre l'Algérie et les Etats-Unis dans le secteur de l'agriculture, selon le président du Conseil d'affaires algéro-américain, Smaïl Chikhoun. «Ce grand partenariat est le premier du genre algéro-américain entre un consortium d'américains spécialisés dans l'élevage et la culture céréalière et le groupe privé algérien Lacheb», a-t-il précisé. Le président du Conseil d'affaires algéro-américain a mis l'accent sur le potentiel de l'apport de la partie américaine en matière affirmant que l'Algérie compte sur l'expérience américaine dans le domaine pour le développement de ses filières pour répondre aux besoins du marché national, et réduire la facture des importations en la matière.Créé dans le cadre de la règle des 51/49% régissant l'investissement étranger en Algérie, ce projet démarrera avec la plantation de 1440 hectares en 2017 avant d'augmenter progressivement la cadence jusqu'à la mise en valeur de toute l'exploitation en 2019. Pour ce qui est de la production laitière cette mégaferme sera dotée de 20.000 vaches laitières en 2019 dont l'importation est prévue pour la fin de l'année en cours. Par ailleurs, la mise en place de ce nouveau projet permettra non seulement de résoudre la problématique de production laitière, mais aussi dans la création d'emploi. Selon M. Chikhoune, les deux partenaires tablent sur la création de 1000 postes de travail à la maturité du projet avec le recrutement, dès janvier prochain, de 400 employés. Ce n'est pas fini; les deux parties comptent également signer deux nouveaux contrats portant sur la réalisation d'un mégaprojet de 50.000 ha et d'un autre de 25.000 ha dans la wilaya d'El Bayadh également.Par ailleurs, les Américains comptent également renforcer leur présence sur le marché algérien dans d'autres secteurs d'activité, notamment dans le domaine de l'industrie. Pour la réalisation de cet objectif, une mission d'hommes d'affaires américains est attendue du 10 au 12 octobre en Algérie pour discuter les possibilités et les perspectives d'investissement en Algérie, ce qu'a laissé entendre M. Chikhoune. «Lors de son séjour en Algérie, cette mission multisectorielle aura notamment des rencontres avec les responsables des ministères chargés notamment de l'industrie, de l'énergie et des travaux publics afin d'examiner les possibilités de partenariat dans ces secteurs», a-t-il souligné.M.Chikhoune n'a pas révélé les noms des compagnies américaines qui ont affiché leur ambition et leur disponibilité à investir en Algérie, il s'est contenté seulement d'annoncer que deux «grandes compagnies» américaines faisant partie de cette mission sont à la recherche de partenaires algériens pour la production locale dans certains créneaux industriels.«L'une de ces deux compagnies cherche à nouer un partenariat dans la production de valves utilisées dans les raffineries et dans le secteur hydraulique.»
Votre commentaire s'affichera sur cette page après validation par l'administrateur.
Ceci n'est en aucun cas un formulaire à l'adresse du sujet évoqué,
mais juste un espace d'opinion et d'échange d'idées dans le respect.
Nom & prénom
email : *
Ville *
Pays : *
Profession :
Message : *
(Les champs * sont obligatores)