Algérie

Lendemain de jour funeste

Al-Qaïda derrière les attentats de Kabylie La Kabylie panse ses blessures suite aux attentats de ce mardi quand six voitures piégées ont explosé, faisant des morts et des blessés et occasionnant des dégâts aux bâtiments visés. Les attentats à la voiture piégée, qui ont secoué la Kabylie mardi dernier, ont dramatiquement et durablement marqué les esprits et interpellé les autorités sécuritaires et le monde politique, toutes couleurs partisanes confondues, sur la vigilance et les efforts de lutte contre le terrorisme qui doivent être désormais de mise. Au lendemain de ces lâches attentats, la question qui est sur toutes les lèvres est celle de savoir pourquoi cette région spécialement ? Les uns et les autres se perdent en conjectures. Pour beaucoup, c’est surtout la proximité de la capitale avec un effet médiatique certain qui oriente le choix des groupes terroristes sur cette région qui offre, en outre, pour certains autres, un relief et des massifs forestiers difficiles d’accès ainsi que des zones de repli. Par ailleurs, le fait nouveau est cette annonce sur les télévisions étrangères de ces attentats le jour même et leur revendication par la nébuleuse Al-Qaïda. Certes, l’alliance Al-Qaïda/GSPC algérien n’est pas quelque chose de nouveau entre terroristes. Déjà en 2003, un terroriste d’origine yéménite a été abattu dans la région de Batna lors d’une opération militaire, et des éléments armés capturés ont révélé aux forces de sécurité leur passage dans les pays du Sahel et aussi avoir effectué des «stages» en Afghanistan et participé aux événements en Irak. Rappelons également qu’à partir de septembre 2002, le remplaçant de Hassan Hattab à la tête du GSPC avait fait des offres de service à la nébuleuse Al-Qaïda, ce que Hattab, dit-on, n’a jamais admis. Cette offre, restée durant de longs mois sans réponse a été, disent des spécialistes de la situation sécuritaire, renouvelée en septembre 2006 et acceptée, le GSPC devenant «Al-Qaïda au Maghreb islamique». Ce changement d’intitulé ne veut rien dire d’autre que l’application en Algérie des méthodes ayant cours ailleurs. Les attentats d’avant-hier semblent, hélas, le prouver. Jusqu’à ce mardi, les attentats à la voiture piégée étaient assez rares, exception faite de ces attentats d’il y a quelques années à Alger et dans la région, par exemple. Maintenant que les gens sont face à cette fatalité et que la nébuleuse terroriste Al-Qaïda s’invite en Algérie, les méthodes de lutte contre l’hydre immonde vont devoir être autres et menées également autrement, dont une plus grande et meilleure surveillance des frontières pour déjouer tout trafic d’armes et autres explosifs. D’autre part, le terrorisme, qui donne l’impression d’avoir opté pour une autre stratégie dans notre pays, demande désormais une vigilance accrue des citoyens et une surveillance extrême de tout mouvement suspect. De par la nature de son relief et sa proximité avec la capitale, la Kabylie est, en effet, plus que toute autre région du pays, appelée à se mobiliser afin de lutter efficacement contre ce chancre.
Votre commentaire s'affichera sur cette page après validation par l'administrateur.
Ceci n'est en aucun cas un formulaire à l'adresse du sujet évoqué,
mais juste un espace d'opinion et d'échange d'idées dans le respect.
Nom & prénom
email : *
Ville *
Pays : *
Profession :
Message : *
(Les champs * sont obligatores)