Algérie

Le wali d’Oran dans une rencontre sur l’emploi de jeunes

«Accompagner les jeunes jusqu’à l’obtention des crédits» Les administrations œuvrant dans le cadre de l’emploi de jeunes, à savoir ANSEJ, CNAG, ANGEM..., se sont rencontrées, jeudi dernier, au Centre de vacances de la Mutuelle des matériaux de construction de Bouisseville.A cette rencontre assistaient, également, les représentants de la jeunesse du milieu associatif et de l’UNJA, et ce dans le but de trouver des solutions aux entraves administratives qui annihilent tous les efforts. Un responsable a déclaré que plus de 70% des projets des jeunes sont des projets morts-nés à cause du mode procédural des banques qui imposent des modalités aussi arbitraires qu’abusives. La rencontre a été patronnée par le wali d’Oran, entouré de ses directeurs de l’Exécutif. Les jeunes ont été nombreux à assister à cette journée d’études. Mais, hormis le 1er vice-président de l’APC de Aïn El-Turck, les représentants des autres APC ont brillé par leur absence, ce qui a suscité le courroux du Chef de daïra qui a vivement condamné «l’absence des élus locaux, les maillons importants pour prévaloir les projets des jeunes chômeurs», relève-t-on. Dans son intervention, le wali a déclaré que la wilaya dénombre 745 locaux professionnels prêts à être octroyés aux jeunes demandeurs ce qui allègera le problème des domiciliations de leurs projets. Parmi ce quota, 200 locaux sont également achevés et destinés aux jeunes de la commune d’Oran. Concernant le fatras bureaucratique des procédures bancaires où pataugent la majorité des projets, le wali d’Oran a ordonné d’accompagner les jeunes jusqu’à terme, c’est-à-dire jusqu’à l’acquisition du crédit bancaire permettant de concrétiser le projet. Sur un autre registre, les jeunes ont émis le souhait que ces rencontres soient programmées au moins une fois par trimestre, en guise d’implication des pouvoirs publics avec les jeunes demandeurs. Des bureaux pour exhausser les projets des jeunes devront être installés dans chaque commune qui, avec le centre de facilitation de la rue Toulouse du quartier Miramar, seront «le tremplin» pour les projets des jeunes demandeurs. B. Mohamed
Votre commentaire s'affichera sur cette page après validation par l'administrateur.
Ceci n'est en aucun cas un formulaire à l'adresse du sujet évoqué,
mais juste un espace d'opinion et d'échange d'idées dans le respect.
Nom & prénom
email : *
Ville *
Pays : *
Profession :
Message : *
(Les champs * sont obligatores)