Algérie

Le wali accuse une entreprise italienne

“Pour justifier le retard dans la réalisation de projets et fuir les pénalités de retard, l’entreprise italienne paye des Algériens pour lui bloquer les accès et d’autres pour déclencher des mouvements de grève”, a déclaré le wali de Bouira,  M. Ali Bouguerra, lors de la cérémonie  d’installation du chef de daïra de Bechloul jeudi dernier.
Sans la nommer, il a accusé l’entreprise Todini, chargée de la réalisation de certains ouvrages d’art sur un tronçon de l’autoroute Est-Ouest. “Ces données ont été portées à l’attention de l’ambassadeur d’Italie lors de son déplacement à Bouira la semaine passée”, précise encore le wali. Le premier magistrat de la wilaya n’y est pas allé avec le dos de la cuillère pour mettre à
nu ceux qui sont derrière cette affaire.
“Les commanditaires, les intermédiaires et les exécutants seront traduits devant la justice. Nous avons des noms et le montant des sommes versées aux fauteurs de troubles. L’État dépense des sommes colossales pour réaliser des projets structurants, l’entreprise italienne chargée de la réalisation du tronçon de l’autoroute Bouira-El Adjiba s’est livrée à un jeu malsain pour justifier le retard de huit mois”, a encore accusé le wali.
Plus loin, il a rappelé “les efforts consentis par les pouvoirs publics” dans le cadre du développement local. “La daïra de Bechloul est restée sans chef depuis près de quatre mois, mais son développement ne s’est pas arrêté”, a-t-il dit.  Il a annoncé, à ce propos, qu’une piscine semi-olympique sera réalisée au chef-lieu de daïra.
La commune d’Ahl El-Ksar bénéficiera du gaz de ville, promet-il encore. La
base de vie des Russes abandonnée après l’achèvement des travaux du barrage de Tilesdit dont ils avaient la charge sera transformée en auberge de jeunes et ce, pour encourager le tourisme local. En matière d’investissement, une zone d’activité est prévue au chef-lieu de daïra.
Abordant la situation qui prévaut au niveau de la commune de Bechloul, bloquée depuis les élections, le wali annonce que “par respect pour les électeurs, il n’y aura pas de dissolution”. Néanmoins, il a lancé un appel aux différentes formations politiques pour revoir leurs positions. “La région a souffert des  affres du terrorisme. Le développement avait ralenti. Il est temps de se mettre au travail. La priorité sera donnée aux zones rurales.” M. Bouguerra a exhorté la société
civile à prêter main-forte aux autorités locales afin d’améliorer le cadre de vie du citoyen. À la fin, il a annoncé le retour de l’entreprise Cosider-route qui avait quitté la wilaya après plusieurs grèves lui ayant engendré une perte considérable en chiffre d’affaires. “Le droit de grève est reconnu, mais perdre 500 emplois, c’est une autre paire de manches”. A. DEBBACHE
Votre commentaire s'affichera sur cette page après validation par l'administrateur.
Ceci n'est en aucun cas un formulaire à l'adresse du sujet évoqué,
mais juste un espace d'opinion et d'échange d'idées dans le respect.
Nom & prénom
email : *
Ville *
Pays : *
Profession :
Message : *
(Les champs * sont obligatores)