Algérie

Le Valium et le Rivotril introuvables

Alors que les autorités se félicitent de la disponibilité des produits pharmaceutiques, les malades, les médecins et les pharmaciens déplorent malheureusement des ruptures de certains d?entre eux. C?est le cas des psychotropes qui sont devenus inexistants depuis plus de trois mois dans les pharmacies d?hôpitaux et même en officine. Explication. La direction de la pharmacie, plus précisément la sous-directrice chargée des produits hospitaliers, exige des importateurs la facture définitive et le document douanier pour délivrer l?autorisation officielle d?importation. Ce qui est au niveau de loi illégal. On ne peut pas facturer des des produits non encore délivrés. Chose qui ne peut se faire qu?avec une autorisation officielle d?exportation délivrée par l?Agence française du médicament (AFSSAPS) sous présentation de la fameuse autorisation officielle d?importation. Pourtant, la législation algérienne concernant l?importation de ce type de médicament exige tout simplement cette autorisation officielle d?importation qui doit être délivrée par le ministère de la Santé, de la Population et de la Réforme hospitalière. En attendant, la délivrance de ce fameux document, des malades, particulièrement des enfants ayant des problèmes de convulsions, continuent à souffrir dans des salles d?urgences dans les hôpitaux. De nombreux médecins témoignent de leur incapacité de répondre aux besoins de ces petits bambins. Du côté du ministère de la Santé, de la population et de la réforme hopsitalière, la procédure en vigueur exige cette facture définitive qui n?est, pour l?administration sanitaire ,qu?un document commercial qui est délivré par le fabriquant. « A l?inverse du certificat d?exportation qui ne peut l?être que sur la base de l?autorisation officielle d?importation délivrée par le Ministère. Tous les importateurs sont soumis à cette exigence lorsuq?il s?agit de produits psychotropes. La présentation de la facture proformat, comme cela se faisait par le passé ,nous a posé d?énormes problèmes. La procédure actuelle ne peut être revue que si de nouvelles dispositions plus préventives en matière de trafic de substances psychotropes soient décidées », nous explique-t-on.
Votre commentaire s'affichera sur cette page après validation par l'administrateur.
Ceci n'est en aucun cas un formulaire à l'adresse du sujet évoqué,
mais juste un espace d'opinion et d'échange d'idées dans le respect.
Nom & prénom
email : *
Ville *
Pays : *
Profession :
Message : *
(Les champs * sont obligatores)