Algérie

Le Soir du Centre

Le Soir du Centre
Ce fut hier samedi, qu'a eu lieu le lancement officiel de la réalisation du tronçon autoroutier qui contournera la région de Cherchell.Lors du périple effectué hier dans la wilaya de Tipasa, M. Abdelkader Kadi le ministre des Travaux public , a procédé au lancement des travaux de la bretelle qui reliera la ville de Aïn-Tagouraït à l'axe autoroutier Mazafran-Cherchell, à travers une pénétrante située au sud-est de la ville, qui se prolongera vers le monument historique «Tombeau de la chrétienne», appelé aussi «Mausolée royal». Ce projet de 239 millions de dinars verra un linéaire de bretelle de 5 km de long réalisable en 10 mois.Au cours de ce périple, il procédé aussi au lancement des travaux de réalisation du tronçon autoroutier qui contournera la région de Cherchell ainsi que les villes de Sidi-Ghilès et aboutira à Hadjret Ennous sur un linéaire de 17 kilomètres.Il convient de rappeler que ce projet a été attribué à un groupement d'entreprises sino-algérien, selon la formule du gré à gré «cette formule répond aux impératifs de délais», expliquera le ministre, en exhortant les entreprises de réalisations CSCEC-SAPTA-EVSM qui sont chargées de la réalisation de cet important ouvrage d'une longueur de 17 kilomètres, à travers les montagnes boisées et rocheuses du Djebel Boualem, disposant de 2x2 voies, 6 viaducs dont un viaduc de 1 530 mètres linéaires, 21 ouvrages d'art et de 3 échangeurs. «Cet immense projet sera réceptionné dans 24 mois, mais je demande aux entreprises de travailler en H24 afin de réduire les délais de réception», a affirmé le M. Kadi.Cette voie express qui démarre à partir d'un premier giratoire situé à la jonction de la RN11 et de l'autoroute Tipasa-Cherchell, traversera l'agglomération d'El Hamidia sur 3 kilomètres en longeant le domaine militaire pour traverser un tunnel de 350 mètres, et ensuite un premier viaduc de 1 525 mètres de long.La première pénétrante de cet ouvrage sera distante de 5 kilomètres de la ville de Cherchell et contournera le domaine militaire. Il convient de rappeler qu'à l'origine de ce projet titanesque au coût faramineux, plusieurs variantes ont été examinées, notamment celles de lancer une première pénétrante, à partir de moins d'un kilomètre du centre-ville et de Sidi El Mghit. La seconde variante, elle-même non retenue, situait la pénétrante à moins de deux kilomètres de la ville.La dernière et actuelle variante retenue situe la première pénétrante à 6 kilomètres du centre de Cherchell, semble provoquer les questionnements des observateurs locaux «pourquoi cet éloignement qui induit des dépenses supplémentaires '» s'interrogent ces derniers.Des cadres techniques ont argumenté cela «nous pensons que l'extension de Cherchell se fera vers le sud de la ville. Ainsi, tout nouveau projet économique, industriel ou urbain sera transféré hors de la ville qui est engorgée et où le tissu urbain est hyper-saturé».Malgré la logique de ce raisonnement ,les riverains restent partagés et ce ne sera pas toujours de l'avis de certains Cherchellois «notre ville est une ville historique et touristique. Il y'a plusieurs projets qui dénaturent le site pittoresque de la ville, notamment des hyper cité-dortoirs, qui gagneraient à être construites hors de la ville, à l'instar d'autres projets qui verront leur développement à plusieurs kilomètres de la ville.Notre ville est historique, artistique et touristique», martèle un Cherchellois.Larbi HouariBÉJAIARassemblement citoyen pour le respect de la liberté de conscience et de culte à AkbouAprès Tizi Ouzou et Aokas le 3 juillet dernier, près de 200 personnes ont observé, dans la matinée d'hier, à l'appel d'un collectif local de citoyens, un rassemblement à Akbou pour exiger le respect de la liberté de conscience et de culte.Les organisateurs de ce rassemblement en plein jeûne, expliquent que leur initiative n'est dirigée contre aucune religion mais pour exiger le respect de la laïcité, la liberté de conscience et les libertés individuelles qui constituent des valeurs fondamentales dans toute société. Et de rappeler dans la foulée que si toutes ces valeurs sont consacrées dans la Constitution, «dans les faits, le pouvoir soutient et protège l'islamisme».Regroupés sur la place du Printemps noir, dans une prise de parole improvisée, des intervenants ont dénoncé ce qu'ils qualifient de salafisme rampant en Kabylie avec la complicité du pouvoir.Des militants du MAK qui composent la majorité de la foule estiment de leur côté que «seule l'autonomie pourra protéger la Kabylie».Il convient de signaler qu'aucun incident n'a été enregistré lors de ce rassemblement en faveur de la liberté de conscience et de culte et contre l'inquisition à Akbou. La foule s'est dispersée dans le calme.A. K.AlgerLes onze meilleurs bacheliers honorésLes onze meilleurs bacheliers de la wilaya d'Alger dont Abdelmalek Habel, qui a obtenu la meilleure moyenne à l'échelle de la wilaya (18,31), ont été honorés dans la nuit de vendredi à samedi lors d'une cérémonie au «Carrefour des artistes», au niveau de la Pêcherie.Les lauréats du bac session juin 2014 dont la moyenne oscille entre 17,69 et 18,31, ont été primés par la wilaya en présence de leurs familles, du wali Abdelkader Zoukh et des ministres de l'Education nationale Nouria Benghebrit, de la Solidarité, de la Famille et de la Condition de la femme, Mounia Meslem.Abdelmalek Habel, du lycée AbdelhafidhBoussouf de la commune de Kouba, a été sacré meilleur bachelier de la capitale et de la direction de l'éducation d'Alger-Est où il est talonné par Hamza Mohamed Zakaria (18,18), du lycée Ibn Khaldoun (Raà? Hamidou) et de Djalal Abir Kawthar (18,12) du lycée Tawfik-Bouatoura d'El Biar.Les meilleurs moyennes au bac enregistrées dans la direction de l'éducation d'Alger-Ouest ont été obtenues par Sarah Harouz Djamila (18,12) du lycée Bachir-Mentouri de Chéraga, Yousra Benzghiba (18,02) du lycée Bahia-Hidour de Gué-deConstantine et Yasmina-Alaouchiche (17,90) du lycée mixte de Zéralda.Nasrine Tawafok (lycée Boualem-Kahouadji, Bourouba), Nour El Houda Rabaà? (Rabah-Bitat, El Mohammedia) et Yasmine Ben Ameur (Mohamed-Hadjres, El Mohammedia) ont été honorées en tant que meilleures bachelières de la direction de l'éducation d'Alger-Est avec respectivement 18,24, 17,95 et 17,69 de moyenne.Hadjer Raqam du lycée Aïcha (Hussein Dey) et Badreddine Benamara du lycée Abdelaziz-Redouane (El Achour) ont été par ailleurs distingués en tant que meilleurs bacheliers de la wilaya d'Alger parmi les personnes handicapées scolarisées. Des lauréats du BEM (brevet d'enseignement moyen) et du cinquième ont été également honorés au cours de la même cérémonie.Dès chèques de 500 000 DA ont été remis à chacun des bacheliers, les meilleurs du BEM et de cinquième se sont vu remettre respectivement des chèques d'une valeur de 400 000 DA et 300 000 DA chacun. Pour autant, aucun chiffre sur les résultats complets de ces examens de fin de cycles n'a pu être obtenu.Interrogés par l'APS sur le taux de réussite au baccalauréat à Alger, ni le wali, ni les directeurs de l'éducation, encore moins le président de la commission d'éducation de l'Assemblée populaire de wilaya (APW) n'étaient en mesure d'avancer un chiffre.«C'est en préparation», se sont-ils bornés à répondre. Le taux de réussite au bac, session juin 2014, à l'échelle nationale est de 45,01%, proche de celui de la session 2013, qui était de l'ordre de 44,78%.Les meilleurs bacheliers au niveau national ont été honorés, rappelle-t-on, jeudi dernier lors d'une cérémonie au palais du Peuple par le Premier ministre, Abdelmalek Sellal.APSBLIDAUn jeune tue son oncle à BoufarikLa ville de Boufarik, à 15 kilomètres au nord de Blida, est toujours sous le choc et ce, suite à un abominable crime perpétré, vendredi dernier, par un jeune homme de 23'ans sur la personne de son oncle, âgé de 34'ans.Cet homicide est venu suite à une altercation verbale entre les deux parents mais la dispute a pris rapidement une autre tournure puisque l'auteur s'est déchainé comme un démon sur son oncle en lui assénant rageusement plusieurs coups de couteau dans le corps. Il ne s'est arrêté qu'en le voyant rendre l'âme. Son forfait accompli, il prendra la fuite.Les éléments de la Protection civile ont évacué le corps de la victime vers la morgue de l'hôpital de Boufarik alors que des recherches ont été engagées par la gendarmerie pour retrouver l'assassin.


Votre commentaire s'affichera sur cette page après validation par l'administrateur.
Ceci n'est en aucun cas un formulaire à l'adresse du sujet évoqué,
mais juste un espace d'opinion et d'échange d'idées dans le respect.
Nom & prénom
email : *
Ville *
Pays : *
Profession :
Message : *
(Les champs * sont obligatores)