Algérie

Le silence intrigant de la FAF

Il l’accuse de l’avoir touché pour «lever le pied lors du match retour de la Ligue des champions d’Afrique face au Ahly (Egypte) au Caire».
Un match qui s’était achevé, rappelons-le, sur un nul par un but partout, la JSK ayant livré une prestation héroïque.
Les accusations du président des Canaris n’ont pas suscité de réaction de la part de la FAF. Celle-ci se confine dans un silence intrigant. Toutes nos tentatives de joindre M. Raouraoua par téléphone sont restées vaines. Ce dernier se trouve actuellement à La Mecque pour accomplir le hadj. Cependant, la FAF n’étant pas une institution privée, le bureau fédéral appelé, en l’absence du boss, à assurer l’intérim, aurait pu réagir par le biais d’un communiqué officiel. Le silence de la fédération n’est pas pour arranger les choses, pendant que la rue bouillonne, toujours sensible à tout ce qui touche au différend algéro-égyptien, sachant que la crise entre les deux pays, née de l’agression des Verts le 12 novembre 2009 au Caire, n’est pas encore estompée. Le président de la FAF est désormais dos au mur, puisqu’il est soupçonné (publiquement) de tentative de fabrication de résultat d’un match de football. Et ce genre de délit est passible du «châtiment» le plus extrême. Même attitude chez les pouvoirs publics. Le ministère de la Jeunesse et des Sports n’a pas jugé utile de réagir. Cela prouve une nouvelle fois que les responsables du sport algérien sont défaillants en matière de communication. A chaque fois, en effet, qu’une crise survient, les responsables optent pour la politique de l’autruche en attendant que l’orage passe. Compte tenu de la gravité des accusations, l’orage risque de provoquer de graves dégâts sur la fédération et son président, Mohamed Raouraoua.   
Votre commentaire s'affichera sur cette page après validation par l'administrateur.
Ceci n'est en aucun cas un formulaire à l'adresse du sujet évoqué,
mais juste un espace d'opinion et d'échange d'idées dans le respect.
Nom & prénom
email : *
Ville *
Pays : *
Profession :
Message : *
(Les champs * sont obligatores)