Algérie

Le salon national du livre du 11 au 16 avril

Le salon national du livre du 11 au 16 avril
Prés de 140 éditeurs et distributeurs de livese prendront part à cet événement organisé conjointement par le commissariat de la manifestation et son partenaire l'Enag, qui ont opté pour un chapiteau de 4.000 m2 installé sur l'esplanade de l'université Mentouri. Ce site a été préféré à la salle de spectacles Ahmed-Bey car offrant toutes les commodités comme le transport, en plus de sa proximité avec le centre-ville. Messaoudi Hamidou précise : « Nous avons contacté plus de 500 éditeurs pour finalement en sélectionner 140 qui ont un lien avec la ville ou qui ont édité des ouvrages dans le cadre de la manifestation culturelle arabe. Aussi, ce salon propose un programme d'animation culturelle et des conférences-débats sur divers thématiques, et la priorité est accordée aux universitaires, aux écrivains et aux personnalités de la ville. Il n'y a pas de thématique précise mais nous avons collecté tout ce qui a été réalisé au cours de l'année 2015, à savoir les 1.000 ouvrages édités dans le cadre de la manifestation et qui seront exposés au public », a-t-il précisé. Parmi les conférenciers retenus, citons les noms des universitaires, Abdellah Hamadi, Nadjma Benachour, Abdelaziz Fillali, et des écrivains, Amine Zaoui et Waciny Laredj.Un souci de budgetQuestionné au sujet de la participation de Constantine comme « ville invitée d'honneur » au salon international du livre de Paris qui s'est tenu au mois de mars dernier, le PDG de l'Enag a indiqué que l'ambiance était très particulière au stand de Constantine. « L'Algérie occupe d'habitude un espace de 80 m2 et exceptionnellement cette année, on est passé à 280 m2 avec la participation de Constantine. Nous avons sélectionné des écrivains et des personnalités de la ville pour la représenter et c'était une réussite puisque des personnalités politiques françaises comme le président de la République, François Hollande, le Premier ministre, Manuel Valls, ou encore la ministre de la Culture se sont intéressés au stand de Constantine », relève-t-il. Au sujet de l'absence de maisons d'édition arabes au salon, comme cela avait été annoncé, au mois de septembre 2015, par le ministre de la Culture (qui prévoyait de donner une dimension internationale avec un salon arabe), Messaoudi Hamidou a avancé un problème de budget. « La conjoncture actuelle exige que nous fassions attention aux dépenses.Je me suis avec le ministre de la Culture à ce sujet. Nous nous sommes entendus finalement sur la tenue d'un salon national, car nous ne pouvons pas nous permettre de solliciter le ministère des Finances pour une aide financière », a-t-il déclaré en précisant que le budget pour ce salon est de l'ordre de 30 millions de dinars.


Votre commentaire s'affichera sur cette page après validation par l'administrateur.
Ceci n'est en aucun cas un formulaire à l'adresse du sujet évoqué,
mais juste un espace d'opinion et d'échange d'idées dans le respect.
Nom & prénom
email : *
Ville *
Pays : *
Profession :
Message : *
(Les champs * sont obligatores)