Algérie

Le rééquilibrage de la politique extérieure, fait marquant de l'action diplomatique de Bendejdid

L'histoire de la diplomatie algérienne retiendra du président défunt Chadli Bendjedid qu'il a mené une politique extérieure résolument tournée vers le rééquilibrage des rapports de l'Algérie avec ses différents partenaires internationaux.
La tonalité conférée à l'action diplomatique qui se voulait le reflet des choix internes, fidèles à l'option socialiste a laissé place à une autre philosophie qui, sans se départir des principes cardinaux, s'est peu à peu éloignée des dogmes qui ont longtemps marqué l'appareil diplomatique avant les années 1980.
Sous l'impulsion de feu Bendjedid (1979-1992), l'action diplomatique a été, en effet, caractérisée par cette volonté de rééquilibrage entre les partenaires traditionnels de l'ancien bloc dit socialiste et de nouveaux alliés appartenant au monde occidental. Ce rapprochement trouvait sa traduction dans ce qui a été alors appelé " le pragmatisme politique" qui avait pour seul fil conducteur la défense et la préservation des intérêts des Etats.
Les visites effectuées alors par feu Chadli Bendjedid aux Etats-Unis et en France, plus particulièrement, allaient lancer les bases de cette nouvelle politique d'ouverture diversifiée que Chadli voulait imprimer à l'action diplomatique algérienne.
Pour nombre d'experts, les relations entre l'Algérie et ses partenaires traditionnels n'ont pas pâti de cette nouvelle politique tant il est vrai que que ces pays, eux mêmes, s'étaient engagées, à différents degrés, dans une politique de rapprochement avec l'Occident et avaient, mieux encore, entrepris de changer leur politique interne pour s'orienter de plus en plus vers des choix qui s'apparentaient plus au libéralisme qu'au socialisme.
La politique de la perestroïka initiée par Gorbatchev, la chute du mur de Berlin, la disparition de l'ogre soviétique et les changements opérés dans les régions des Balkans allaient donner plus de crédit à toutes les politiques d'ouverture qu'elles aient été dirigées vers l'intérieur ou l'extérieur.
Le rapport de forces étant désormais tributaire de la sphère économique et c'est tout naturellement que l'Algérie, au même titre que tous les pays dits en voie de développement, devaient conformer leur politique étrangère à une coopération internationale plus bénéfique pour eux . Et cela devait passer par une ouverture sur les Etats-Unis et l'Europe.
L'Algérie attachée aux principes fondamentaux de sa politique extérieure
Mais ce rapprochement n'a pas fait oublier à l'Algérie, pendant le règne de feu Chadli, les principes fondamentaux de sa politique dont la défense des causes juste de par le monde et le soutien des peuples qui luttent pour leur autodétermination.
C'est le cas pour la question palestinienne qui a été, de tout temps, au coeur de l'action diplomatique algérienne. L'Algérie qui a plaidé en faveur de la cause palestinienne dans les différentes tribunes internationales, a eu le privilège d'abriter le 19e congrès du Conseil national palestinien en 1988 qui a vu la proclamation de l'Etat palestinien,
Les mêmes principes ont caractérisé l'action de l'Algérie au sujet du Sahara occidental pour permettre au peuple sahraoui d'exercer son droit à l'autodétermination à travers un référendum juste et régulier conformément aux résolutions des Nations unies.
Tous les efforts consentis par l'appareil diplomatique au cours de cette période ont permis à l'Algérie de bien se positionner au plan régional notamment dans le continent africain, considéré comme son véritable prolongement naturel et stratégique et au Maghreb. Faut-il pour cela rappeler que c'est en Algérie que s'était tenue la première réunion constitutive de l'Union du Maghreb arabe en juin 1988.
Pour de nombreux milieux diplomatiques, la période 1979-1992, a été particulièrement riche en évènements internationaux qui ont été une occasion pour l'Algérie de renforcer sa place au plan régional surtout et de consolider son aura acquise au prix d'un long combat, entamé avant même l'indépendance du pays et poursuivi de manière inlassable par feu Houari Boumediene qui a été parmi les premiers dirigeants à dessiner les contours de la doctrine de la politique étrangère.
Votre commentaire s'affichera sur cette page après validation par l'administrateur.
Ceci n'est en aucun cas un formulaire à l'adresse du sujet évoqué,
mais juste un espace d'opinion et d'échange d'idées dans le respect.
Nom & prénom
email : *
Ville *
Pays : *
Profession :
Message : *
(Les champs * sont obligatores)