Algérie - Raï

Le Raï oranais et ses nouvelles autres variantes



Musique née au début du 20ème siècle. Exprimée en arabe dialectal, elle est née dans la région d'Oran sous sa forme primitive et s'est popularisée par étapes dans le reste de l'Algérie ; elle conquiert le monde après avoir subie de nombreux enrichissements et perfectionnements en Occident.

Cette musique vient d'une Occidentalisation de tous les genres musicaux existant en Algérie (en particulier le châabi) utilisant une orchestration moderne occidentale (synthétiseurs, guitares électriques etc..). Cette nouvelle musique nécessitait donc un phrasé plus souple et moderne d'où l'emploi de l'arabe algérien oranais mélangé à des mots français ou anglais. Soutenue en Occident par les jeunes immigrés d'origine maghrébine diverse en recherche d'une musique leur ressemblant, cette musique s'est surtout affirmée en France (puis en Europe et le monde entier) avant de reconquérir une population algérienne plus large car ses débuts ont été boudés par la population (en dehors des jeunes citadins) qui ne la voyait pas d'un bon oeil.

Cette musique née à Oran sous une forme simple a donc trouvé ses lettres de noblesse en Occident (où elle s'est considérablement enrichie, diversifiée et internationalisée) avant de regagner le coeur des jeunes habitants des pays arabo-musulmans. Citons comme exemples, la collaboration du compositeur Français JJ Goldman avec le chanteur Cheb Khalid qui lui écrira l'un de ces plus grandes tube mondial "AICHA" ou la collaboration de Cheb Mami avec le chanteur international Sting et des groupes de musique celtique français .Le chanteur Rachid Taha du groupe "carte de séjour" est plus à classer dans la catégorie Rock même si ce plus ancien artiste maghrébin sur la scène française a parfois interprété des chansons RAÏ ou RnB.

Il faut rappeler qu'au début des années 70, des tentatives de modernisation ou d'occidentalisation de la musique arabo-musulmane ont commencé dans des studios de musique égyptiens ( l'Egypte avec Le Caire, La Hollywood du monde arabe, a longtemps été le pays le plus en pointe du monde arabo-musulman dans les domaines musicaux et cinématographiques).Elles donneront le Nubi-shâabi et le Jeel, considérées pour de nombreuses raisons comme les précurseurs du RAÏ ( voir Musique égyptienne). Ces musiques égyptiennes avant-gardistes ( boudées par les médias à ses débuts comme le RAÏ), ne trouveront d'échos favorables qu' auprès de la jeunesse égyptienne citadine et, faute d'atteindre la diaspora arabophile occidentale, contrairement au RAÏ, cette musique n'attisera pas la curiosité des artistes occidentaux et ne s'internationalisera pas dans l'immédiat. Toutefois, quelques années plus tard, elles donneront naissance en Occident à la chanteuse Egypto-belge Natacha Atlas (que certains médias classent en Occident dans la catégorie RAÏ) soutenue par la diaspora maghrébine francophone et arabophile ; Elle recevra en France une victoire de la musique et une reconnaissance qui dépassera les frontières de la communauté arabo-musulmane d'Europe.

Rappelons que, dans les années 60, la chanteuse libanaise FAÏROUZ a été une des pionnières dans l'introduction de musique occidentale dans certaines de ses chansons qui resteront dans le style savant ou classique (de sensibilité arabo-ottomane).D'autres artistes arabes classiques des années 70 incorporeront des instruments occidentaux dans leur musique (accordéons, synthétiseurs) mais resteront dans le registre de la musique arabe savante.

Le RAÏ a participé au succès en Occident du métissage musicale Orient-Occident ; citons pour exemple d'orientalisation de musique occidentale : l'album "Arabesque" de la chanteuse Franco-britannique Jane Birkin (en association avec des artistes maghrébins d'Europe contemporains modernistes) qui reçut un excellent écho dans le monde entier.

Notons que cette occidentalisation de la musique orientale s'est aussi produite en Allemagne avec les jeunes allemands d'origine turque (qu'on classe dans la catégorie RAÏ du fait de la ressemblance des sonorités et de la technique utilisée).

Aujourd'hui des artistes arabo-musulmans se sont appropriés le RAÏ et ces variantes nées en Europe et l'ont transformé selon les spécificités culturelles et musicales de leur pays, comme cela se passe pour tous les genres musicaux ( exemple du RAÏ-RnB du chanteur Franco-marocain Amine ou la combinaison RAÏ-Musique indienne de sa consoeur, la chanteuse Française Leslie)
Votre commentaire s'affichera sur cette page après validation par l'administrateur.
Ceci n'est en aucun cas un formulaire à l'adresse du sujet évoqué,
mais juste un espace d'opinion et d'échange d'idées dans le respect.
Nom & prénom
email : *
Ville *
Pays : *
Profession :
Message : *
(Les champs * sont obligatores)