Algérie

Le porte-parole du FLN, Saïd Bouhadja, tire la sonnette d’alarme

Les pro-Benflis arrivent Le porte-parole officiel du FLN et coordinateur de l’Ouest, Saïd Bouhadja, est sorti pour la première fois de sa réserve habituelle pour tirer la sonnette d’alarme sur les dissensions internes qui rongent le parti au fur et à mesure que les échéances électorales approchent. Lorsd’une récente rencontre avec les militants de Mostaganem, Bouhadja a fustigé en des termes très durs les cadres du parti qui utilisent, selon lui, l’aile Benflis comme un «fonds de commerce», dans le seul but de «diviser pour régner». La crainte de ce responsable qui s’adressait à un auditoire très restreint est que «l’idée de Benflis redresseur», complètement bannie lors du dernier congrès dit de réconciliation, selon ces propres paroles, refasse surface et emporte tout sur son passage. Ces craintes sont d’autant plus justifiées qu’au même moment une guerre de leadership oppose les deux chefs de file du FLN, Abdelaziz Belkhadem à Amar Saidani. Il n’y a absolument pas de doute, le FLN version Belkhadem arrive difficilement à assurer la discipline au sein des structures du parti. L’ex-parti unique vit, peut-être, ses pires moments depuis que l’aile dirigée par la paire Belkhadem-Saidani a réussi à chasser l’équipe de Benflis en 2004. Depuis pratiquement deux ans, une guerre larvée entre pro-Benflis et pro-redresseurs, eux-mêmes divisées en deux clans, se déroule quotidiennement à l’intérieur des structures du parti, mais sans jamais inquiéter outre mesure les responsables du parti. A titre d’exemple, l’ancien maire de Sidi Bel-Abbès, chassé au lendemain de la victoire des redresseurs, est revenu en force en qualité cette fois-ci de mouhafadh de cette même ville. Le vote des militants de base a tourné en faveur de cette personne malgré le forcing opéré par la direction nationale du parti qui avait plutôt une préférence pour leur candidat unique. Ce retour aux commandes des pro-Benflis n’aurait pas pu se produire aussi facilement si la lutte d’influence que mène depuis quelque temps les leaders supposés de ce parti, Abdelaziz Belkhadem et Amar Saidani, a cessé d’alimenter la polémique. Les deux personnages clés du parti sont en constante mésentente et se tirent quotidiennement dans les pattes. Le président de l’APN qui a été désigné pour superviser le plus grand nombre d’élections de mouhafadhas dont 17 dans le centre du pays, profite également de son statut pour placer ses hommes. Ainsi, il n’aurait pas jugé utile de respecter une instruction émanant du SG du FLN portant sur les critères que doivent avoir les responsables. Il aurait délibérément violé les instructions du premier responsable du FLN. Lors du renouvellement de la mouhafadha de Tipaza, ainsi que celle de Draria, les hommes désignés par le président de l’APN occupent presque tous les postes de responsabilité. Celui qui a été désigné mouhafedh de Tipaza occupe le poste d’assistant à l’APN. Chacun des deux hommes forts du parti veut avoir ainsi une mainmise totale sur les structures du FLN. Cette lutte au sommet demeure pour ainsi dire la principale bataille. Le FLN semble trouver de la peine à réaliser le programme de restructuration du parti. L’installation de 54 mouhafadhas au niveau national en vue des prochaines échéances électorales, prévues en 2007, est ainsi mal entamée. Beaucoup de wilayas sont toujours sans responsables direct. Les cas d’Oran et de Ain Témouchent sont les plus illustratifs. Cette guéguerre interne profite indéniablement aux partisans de Benflis qui se recrutent généralement au sein de la grande masse des militants qui est restée fidèle aux idéaux de leur ancien chef, Ali Benflis. Ce dernier, bien qu’il se mure dans un silence de cathédrale depuis sa défaite aux élections présidentielles de 2004, est en train de revenir doucement à travers les structures de base qui restent sa principale force.
Votre commentaire s'affichera sur cette page après validation par l'administrateur.
Ceci n'est en aucun cas un formulaire à l'adresse du sujet évoqué,
mais juste un espace d'opinion et d'échange d'idées dans le respect.
Nom & prénom
email : *
Ville *
Pays : *
Profession :
Message : *
(Les champs * sont obligatores)