Algérie

Le point du mercredi

Les charmes du « péril jaune » Après 45 ans d?indépendance et de déboires multiformes, l?Algérie algérienne fera appel à ces habitants de la lointaine Chine. Un pays que le prophète Mohamed recommandera aux croyants afin d?y chercher quelques sciences. Ce hadith des plus authentiques vient à point nommé nous tirer de nos miasmes séculaires. Sitôt débarqués de leur charter « Taïwan », ces petits hommes jaunes prendront d?assaut villes et villages à la recherche du moindre chantier. Leurs performances ne laisseront personne insensible parmi nos responsables. Wali, ministres, chefs de gouvernement et président de la République n?auront de cesse de les encenser au point de développer un complexe chez les indigènes que nous sommes. Curieusement, leurs performances dans le domaine de la construction n?arriveront pas à faire des émules chez nos bâtisseurs. Pourtant, ils seront nombreux parmi nos concitoyens à constater que ni leur taille napoléonienne, ni leur langue aux multiples contorsions ne les prédestinaient à un tel sort. Côté équipements et outillages, il s?avère que nos hôtes asiatiques sont encore moins pourvus que nos petits tâcherons de province. En effet, avec des pelles rabougries, des brouettes rapiécées, des bétonnières cabossées, des grues approximatives et une discipline spartiate, nos constructeurs chinois parviennent à battre tous les records de productivité. Au point de faire beaucoup de jaloux, énormément d?envieux et une armée de médisants. Pourtant, la différence est frappante entre des ouvriers autochtones et des expatriés chinois. Chez les premiers, c?est un miracle lorsque dans un groupe de 10 personnes il y en a deux qui s?activent. A contrario sur un chantier chinois, même les ombres travaillent ! Quand les uns privilégient les palabres, les autres préfèrent se concentrer sur l?ouvrage. A se demander s?ils parlent. Le miracle ne résiderait-il pas dans leur incapacité génétique à la « tchatche » ? Tout simplement?
Votre commentaire s'affichera sur cette page après validation par l'administrateur.
Ceci n'est en aucun cas un formulaire à l'adresse du sujet évoqué,
mais juste un espace d'opinion et d'échange d'idées dans le respect.
Nom & prénom
email : *
Ville *
Pays : *
Profession :
Message : *
(Les champs * sont obligatores)