Algérie

Le point


Y aura-t-il un lendemain Les Palestiniens ont-ils fini de conjurer le pire après qu’ils eurent acquis la conviction, au bout de plus de 80 morts et des centaines de blessés, qu’une guerre civile est possible, eux qui ont intérêt, au nom d’un passé douloureux et d’un avenir à partager, à demeurer solidaires? Le choix de La Mecque n’est pas destiné à confirmer que le différend est religieux, sachant que pour le moment il est d’ordre politique, mais à sceller par un serment l’accord qui aura été conclu. Cet accord est conclu. On sait qu’il va y avoir un gouvernement d’union nationale. Probablement que la question de la reconnaissance par le Hamas d’un Etat israélien sera contournée par le monopole exclusif du président sur la politique extérieure, les relations internationales pour tout ce qui relève des domaines de politique internationale et sur les questions de sécurité intérieure. Le gouvernement pourra s’occuper du reste, à savoir l’économie et le social.Le problème demeure pourtant entier, du moins pour ce qui concerne la communauté internationale qui réclame plus, c’est-à-dire une reconnaissance en bonne et due forme de l’Etat d’Israël par le Hamas, ce qui ne peut être obtenu dans ces termes. Le duo Fatah-Hamas, ensemble, représente les éclaircies conditionnelles pour le premier et les positions radicales pour le second. Les premières sont, à elles seules, insuffisantes et les secondes, à elles seules, dangereuses plus particulièrement pour les populations. La cause palestinienne a besoin d’avancer par l’existence d’un processus qui s’appuie sur ces contradictions. Mais le problème est que les pays occidentaux placent les Palestiniens dans une situation où ces contradictions s’exacerbent et entrent en confrontation du fait que l’économie dans les territoires palestiniens occupés n’est pas assez développée pour ne pas dépendre des aides extérieures. Alors, quand bien même un accord interpalestinien est obtenu, rien ne garantit que cette solidarité, revenue, ne soit pas temporaire car même Israël ne souhaite pas un consensus sur ce qui ne lui est pas une soumission à ses conditions.
Votre commentaire s'affichera sur cette page après validation par l'administrateur.
Ceci n'est en aucun cas un formulaire à l'adresse du sujet évoqué,
mais juste un espace d'opinion et d'échange d'idées dans le respect.
Nom & prénom
email : *
Ville *
Pays : *
Profession :
Message : *
(Les champs * sont obligatores)