Algérie

Le ministère de l'Agriculture défend le Sypralac Le déstockage de la pomme de terre accéléré dès le 1er novembre

Déclenchée le 25 septembre dernier, l'opération de déstockage de la pomme de terre sera accélérée à partir de la semaine prochaine en attendant l'arrivée sur le marché de la production d'arrière-saison, à partir de la mi-novembre prochain. La mesure a été prise en prévision de la hausse de la demande à l'approche de l'Aïd El Adha. «Des quantités conséquentes de pomme de terre, stockées dans le cadre du Sypralac, seront mises sur le marché pour répondre à la forte demande attendue lors de la première semaine de novembre», a indiqué le directeur de la régulation et du développement des productions agricoles au ministère, Youcef Redjam Khodja, cité par l'APS. Ce responsable juge les quantités stockées dans le cadre de ce système «suffisantes» pour répondre aux besoins du marché durant les mois de novembre et octobre. Cependant, les prix appliqués actuellement montrent le contraire puisqu'ils sont inabordables. Ils oscillent entre 50 et 70 DA le kilogramme. Ce dernier prix s'applique, selon le représentant du ministère de l'Agriculture, à la pomme de terre de la récolte tardive de la saison, et non pas à celle stockée dans les chambres froides. Or sur le marché, les prix sont également élevés pour la pomme de terre stockée. Du côté des consommateurs, on s'attend à voir cette hausse maintenue avant la fête de l'Aïd et quelques jours après, comme c'est le cas à chaque fois. Ce qui suscite d'ailleurs des critiques à l'égard du système Sypralac que le département de Rachid Benaïssa tente de défendre.M. Redjam a, en effet, souligné que le Sypralac est «désormais huilé» et que la régulation du marché de la pomme de terre se fait pendant toute l'année ; la preuve, a-t-il dit, que «cela fait presque deux ans que le consommateur ne ressent ni la pénurie ni la hausse du prix de ce produit tout au long de l'année».Selon la même source, la mise en place du Sypralac a permis durant les trois dernières années de sécuriser l'agriculteur, en absorbant les surplus de production, et de stabiliser les prix sur le marché. Ce dispositif, lancé au lendemain de la flambée des prix de ce tubercule, qui a atteint 100 DA/kg en 2007, a permis à l'Algérie de couvrir ses besoins en pomme de terre de consommation par la production nationale A titre indicatif, le bilan du ministère de l'Agriculture fait ressortir une production de ce tubercule de l'ordre 38,6 millions de quintaux en 2011 à travers 14 wilayas. 124 opérateurs ont adhéré jusqu'à présent au Sypralac .
S. I.
Votre commentaire s'affichera sur cette page après validation par l'administrateur.
Ceci n'est en aucun cas un formulaire à l'adresse du sujet évoqué,
mais juste un espace d'opinion et d'échange d'idées dans le respect.
Nom & prénom
email : *
Ville *
Pays : *
Profession :
Message : *
(Les champs * sont obligatores)