Algérie

Le marché de l’immobilier en plein essor à Oran

Les étrangers pèsent sur la bourse des prix Les professionnels des transactions immobilières confirment la bonne santé du marché à Oran. La demande, autant que l’offre, est bien réelle, preuve en est, la hausse constante des prix à la location ou à la vente, notamment, pour les maisons individuelles dont les propriétaires privilégient les clients étrangers qui ne se soucient guère de la cherté des prix de location proposés. Les gérants des agences immobilières installées à Oran, s’accordent à dire que la présence de représentants des multinationales, présentes chez nous, est un des facteurs qui entretiennent cette hausse des prix à la location. En effet, pour leurs personnels, parmi lesquels des dirigeants de haut standing, installés pour une moyenne durée dans la région oranaise, ces sociétés sont peu regardantes sur les prix proposés. D’où la condition de certains propriétaires qui exigent des gérants des agences immobilières de privilégier ces clients étrangers par rapport aux nationaux. Entre 20 et 40 millions de centimes pour la location des maisons individuelles, alors que pour les appartements en immeubles, les prix de location ont atteint, ces derniers jours, les 15 millions de centimes. C’est, d’ailleurs, ce que confirme Boussebaa Dahmane, gérant de l’agence immobilière La Casa, affiliée à la Fédération nationale et implantée au centre ville d’Oran. Ce dernier classera, par ordre d’acquisition, les nationalités présentes à Oran, en tête desquelles on trouve les Egyptiens avec les nombreux ingénieurs en industrie, en construction et en télécommunication. Des pays comme la Turquie et certains pays asiatiques qui, avec les représentants d’entreprises et de commerces installés à Oran, louent, à leur tour, au prix fort, mais optent pour le regroupement de plusieurs personnes dans un même appartement. Pour ce qui est des clients nationaux, notre interlocuteur précisera que les locations touchent principalement, les appartements de type F2, F3, et F4, à des prix respectifs de 15.000, 25.000 et 35.000 dinars, proposés avec des avances de six à douze mois. Ce qui est certain, c’est que, parallèlement aux demandes sans cesse croissantes de logements auprès des différents organismes mis en place par l’Etat, il existe un marché de particulier à particulier ou, comme cité plus haut, celui tenu par des professionnels des transactions immobilières qui, même s’il laisse apparaître quelques lacunes dans l’application de la législation en vigueur, absorbe une bonne partie de la demande sur le marché et contribue, en partie et à sa manière, au règlement de la crise du logement à Oran. Zitouni M.
Votre commentaire s'affichera sur cette page après validation par l'administrateur.
Ceci n'est en aucun cas un formulaire à l'adresse du sujet évoqué,
mais juste un espace d'opinion et d'échange d'idées dans le respect.
Nom & prénom
email : *
Ville *
Pays : *
Profession :
Message : *
(Les champs * sont obligatores)