Algérie

Le manque de communication réduit l'acte à 29%

En application du calendrier national de vacci-nation, et à l'instar des autres wilayas, la direction de la santé publique de la wilaya de Blida, la campagne de vaccination contre la rougeole et la rubéole, qui a débuté le 21 décembre 2017 pour prendre fin le 31 janvier dernier, a ciblé 229.875 enfants des deux sexes du cycle primaire à partir de la 1re A.P (06 ans) au moyen jusqu'à la 4e AM (16 ans).L'opération de vaccination n'a pas été toutefois réussie malgré les efforts consentis par le corps médical au niveau des différentes structures sanitaires de la wilaya. 59 769 élèves ont été vaccinés entre le 21 décembre 2017 et le 07 janvier 2018. Il faut rappeler à ce propos la décision prise par le ministère de la Santé de prolonger la période de vaccination pour permettre aux parents (retardataires) de faire vacciner leurs enfants.
Le taux de 29% d'élèves vaccinés est très minime en comparaison avec les années précédentes, où le taux avoisinait les 95% et dans les établissements scolaires de surcroît. Cette faille est due à la première campagne de vaccination du mois de mars 2017 où une polémique s'était installée chez les parents mettant en doute la bonne qualité du produit.
Rencontré à la DSP (Direction de la santé publique), le docteur Mesbah, chef de service prévention, confie : «L'objectif de la campagne de vaccination est de renforcer l'immunité des élèves des cycles primaire et moyen, soit les tranches d'âges les plus exposées à ces maladies (la rougeole et la rubéole) et leur éviter d'éventuelles complications lors d'une contamination à un âge avancé». Le Dr Mesbah rassure : «Aucun cas de manifestation post-vaccinale indésirable n'a été enregistré pendant ou après l'acte.
C'est ce qui a encouragé d'autres parents à vacciner leurs enfants, mais cela reste minime. On appelle cela une couverture vaccinale, c'est-à-dire vacciner le maximum pour casser la chaîne de transmission. Le reste entre dans le cadre de l'immunité passive, mais vacciner son enfant est un acte vital et sans autorisation car il y va de la santé et de la vie de nos enfants».
Dans le même cadre de prévention, les 20, 21 et 22 du mois en cours se sont déroulées les Journées maghrébines bucco-dentaires en milieu scolaire et universitaire afin de sensibiliser le maximum de jeunes au brossage des dents et à la propreté des mains. Cela s'est passé à la place de la Liberté (Bab Sebt), avec une matinée de pratique au collège «Sanhadji».
Votre commentaire s'affichera sur cette page après validation par l'administrateur.
Ceci n'est en aucun cas un formulaire à l'adresse du sujet évoqué,
mais juste un espace d'opinion et d'échange d'idées dans le respect.
Nom & prénom
email : *
Ville *
Pays : *
Profession :
Message : *
(Les champs * sont obligatores)