Algérie

Le HCA édite plusieurs livres dont Nedjma

Le HCA édite plusieurs livres dont Nedjma
Le roman en tamazight fera l'objet d'une campagne de promotion dans le cadre d'un programme littéraire qui sera mis en place par le Haut Commissariat à l'amazighité.Le roman «Nedjma» du grand écrivain algérien Kateb Yacine vient enfin d'être traduit en langue ama-zighe. L'auteur de la traduction du français vers tamazight est Rabah Boucheneb. Le livre, en langue amazighe, vient d'être co-édité par les éditions Mehdi de Tizi Ouzou avec le concours du Haut Commissariat à l'amazighité (HCA). Le roman en tamazight fera l'objet d'une campagne de promotion dans le cadre d'un programme littéraire qui sera mis en place par le Haut Commissariat à l'amazighité.Cette institution compte également rendre un vibrant hommage à Kateb Yacine à l'occasion de la sortie en tamazight de son roman-phare et ce, pour la première fois. Il y a lieu de rappeler que, jusqu'à un passé très récent, les traduction se faisaient plutôt du tamazight vers le français.Une tradition qui a pris pignon sur rue suite aux initiatives des précurseurs: Saïd Boulifa et Mouloud Mammeri ainsi que Mouloud Feraoun, mais il s'est avéré, avec le temps, et après la reconnaissance de la langue amazighe par l'Etat algérien et surtout son introduction dans le système éducatif, qu'il devient urgent et impérieux de procéder à l'inverse. C'est-à-dire: traduire vers tamazight afin de permettre aux lecteurs d'avoir accès aux chefs-d'oeuvre de la littérature universelle.Les élèves concernés par l'enseignement de tamazight éprouvent beaucoup de difficultés inhérentes à la qualité des textes enseignés qui sont dans leur majorité des cas des chansons.Un choix que les concepteurs des manuels scolaires en tamazight étaient contraints d'effectuer à cause de la pauvreté de la production réellement littéraire en tamazight. Mais depuis quelque temps, de nombreux romans français et autres ont fait l'objet de traductions vers tamazight. Actuellement, les lecteurs peuvent désormais avoir accès à plusieurs chefs-d'oeuvre de la littérature en tamazight.C'est le cas du «Vieil homme et la mer» d'Ernest Hemingway, «Le Prophète», de Gibran Khalil Gibran, «Les Aventures de Tom Sawyer» du célébrissime Mark Twain, etc.Le premier à avoir compris l'enjeu de la traduction des autres langues vers tamazight a été Abdellah Mohia, plus connu sous le nom de Mohia. Ce dernier a été le précurseur en la matière puisqu'il a traduit pas mal de pièces de théâtre d'auteurs dont certains sont des prix Nobel de littérature et des écrivains classiques.Notons enfin que dans le cadre de la collection «Idlisen negh», la direction de la promotion culturelle du Haut commissariat à l'amazighité vient d'éditer trois nouveaux livres en tamazight.Il s'agit de «Timucuha akked temsayin» de l'écrivain Malek Houd, «Ticrad.com» de Nadia Benamar et enfin «Gar yidelli d wassa» de Sadia Bounadi. Afin de permettre aux livres qu'édite le HCA d'être accessibles à un maximum de lecteurs, les responsables de cette institution rattachée à la présidence de la République, ont décidé d'avoir recours à la co-édition avec des éditeurs professionnels tels l'Enag (Entreprise nationale des arts graphiques) et l'Anep (Agence nationale d'édition et de publicité).


Votre commentaire s'affichera sur cette page après validation par l'administrateur.
Ceci n'est en aucun cas un formulaire à l'adresse du sujet évoqué,
mais juste un espace d'opinion et d'échange d'idées dans le respect.
Nom & prénom
email : *
Ville *
Pays : *
Profession :
Message : *
(Les champs * sont obligatores)