Algérie

Le fil rouge de la Radio nationale Accidents de la circulation


Un fil rouge de sensibilisation sur les dangers de la route a été, hier, au programme de toutes les chaînes. Des émissions consacrées à la sensibilisation sur les risques liés aux accidents routiers ont été animées en présence des spécialistes et des institutions concernées.
Ainsi le temps d'une journée, il a été question de la prévention des dangers de la route qui fait, selon les statistiques des services de sécurité, des centaines de morts par an, plaçant notre pays à la 3e place mondiale en matière de sinistre de la circulation. Les journalistes des différentes chaînes se sont mobilisés pour concocter des programmes et des tables rondes durant lesquelles des avis et autres suggestions ont été émises pour diminuer les drames sur nos routes.
Différentes thématiques ont été débattues avec des invités qui sont intervenus pour apporter des témoignages et des faits démontrant la responsabilité de tous dans les accidents de la route. Des plateaux ont proposé des sujets spécifiques aux causes des accidents, les séquelles qui y sont associées, la législation en vigueur et les recouvrements en cas d'accidents. Au niveau de la Chaîne I, une animation spéciale a caractérisé les plateaux avec un entrain des plus particuliers.
Les journalistes s'attelaient à préparer leurs passages et mettaient leurs invités à l'aise pour passer à l'antenne. Les présentateurs qui avaient reçu leur hôte dans les studios ont animé des émissions débats où des auditeurs intervenaient au fur et à mesure par téléphone. Le standard de la radio a été d'ailleurs saturé par les appels de nombreux citoyens qui voulaient apporter leurs témoignages et émettre leurs avis sur certains points. D'autres reporters sont sortis sur le terrain pour recueillir des témoignages vivants de victimes des routes. C'est au niveau des hôpitaux que des reportages ont été effectués auprès des blessés et autres victimes d'accidents de la circulation.
Les interventions et les déclarations des concernés donnaient un aspect vivant à la thématique et le message est passé davantage chez les citoyens. La directrice de la Chaîne I, Mme Saliha Abahri nous a indiqué que «les campagnes de sensibilisation sont de plus en plus nombreuses sans pour autant avoir l'effet escompté».
«Les automobilistes ne semblent pas tirer les leçons des multiples accidents de la route et continuent à rouler imprudemment», dira-t-elle. C'est après l'expérience de 2010 qui a eu l'effet escompté chez la population que la Radio nationale a décidé de réitérer l'aventure, avec comme particularité, cette année, des programmes riches et divers touchant à tous les aspects de la route.
Un programme riche et varié
Au menu des émissions les dangers des poids lourds sur les routes qui dans la plupart des cas sont responsables des accidents. Intervention en direct des hôpitaux avec le passage de témoignages d'accidentés de la route ont été aussi au menu. Au niveau du centre de santé de Khraissia (Alger) le chef de service de rééducation fonctionnelle a parlé des conséquences fâcheuses des accidents de la route. «40% des personnes hospitalisées sont des victimes de la route», signale-t-il.
Chiffres à l'appui, les représentants de la Sûreté nationale, de la Gendarmerie et de la Protection civile ont mis en avant l'augmentation des accidents de la circulation de 11% par rapport à 2011. 1288 accidents supplémentaires par rapports à l'année dernière, 14 morts de plus et 1817 blessés. Les bulletins d'information se sont également adaptés aux programmes et ont davantage axé leur contenu sur les accidents de la circulation.
Les jeunes aussi ont eu leur place dans les émissions et des élèves de différentes auto-écoles ont été invités pour donner leurs points de vue sur le phénomène d'accident qui prend une ampleur dramatique dans notre pays. Il ressort des débats et des tables rondes, une anomalie dans les applications des lois relatives aux accidents de la route et la souplesse des condamnations qui n'ont pas l'air de dissuader les chauffards ni à les inciter à faire preuve de vigilance.
«Il a été proposé de revoir la législation de 2009 et de la renforcer», dira Mme Shahrazed Saadi, présentatrice de l'émission. De son côté, le journaliste Mustapha Benameur a insisté dans son émissions sur les séquelles psychologiques d'un accident de la route, sur la victime et ses proches. La psychologue qu'il a reçue, Samira Thekrache, a mis en avant l'utilité d'un suivi psychologique. Par contre, la journaliste Fatiha Aaouameur se basera sur le travail des sociétés d'assurances et la nécessité de signaler les accidents pour se faire rembourser dans les temps.
Votre commentaire s'affichera sur cette page après validation par l'administrateur.
Ceci n'est en aucun cas un formulaire à l'adresse du sujet évoqué,
mais juste un espace d'opinion et d'échange d'idées dans le respect.
Nom & prénom
email : *
Ville *
Pays : *
Profession :
Message : *
(Les champs * sont obligatores)