Constantine - Revue de Presse

Le désarroi des habitants de la rue des Maquisards


Les habitants de la rue des Maquisards, ou rue Ouled Braham comme on l'appelle communément, ne cessent de tirer la sonnette d'alarme pour attirer l'attention des autorités sur la précarité de leurs habitations. Une délégation de l'association de quartier qui représente 45O familles est venue, hier, à notre bureau pour exposer «le danger latent que représente l'état de leurs habitations qui à atteint un seuil critique, menacées qu'elles sont par l'effondrement» du fait que celles-ci sont situées dans la zone rouge des glissements de terrain qui affectent certains quartiers de la ville de Constantine. En effet, comme chacun le sait, toute cette zone située en contrebas du quartier de Belouizdad (ex-Saint-Jean) a fait l'objet il y a quelques années, d'une expertise par un bureau français et elle fut classée zone à haut risque qu'il fallait évacuer à brève échéance. Mais l'opération était subordonnée à la réalisation de programmes de logements sur les sites prévus pour les recevoir. Entre-temps, survient l'opération de délocalisation des habitants du quartier du Bardo qui, selon toute évidence, a remis à plus tard celle des habitants de la rue des Maquisards. Cette nouvelle donne a fait craindre à ces derniers que la date de leur évacuation ne soit remise aux calendes grecques. Ce qui les avait poussés à réagir en organisant deux sit-in de protestation devant le cabinet du wali au cours du mois de janvier dernier. La première fois ils ont été éconduits, mais au cours de la seconde, ils furent reçus par le premier responsable de la wilaya qui s'était engagé à mettre sur pied une commission pour enquêter sur la situation des habitations menacées d'effondrement. Seulement la situation dure depuis des années sans qu'une ébauche de solution ne vienne rassurer les concernés qui vivent dans la psychose de l'effondrement. «Pourtant, affirme M. Zghbib, le président de l'association de quartier, un recensement fait il y a quatre ans a répertorié et classifié les habitations les plus menacées et il devait comporter tous les renseignements sur les habitants du quartier dont la situation nécessite une prise en charge pour leur relogement, soit en tant que sinistrés, soit en tant que candidats au logement social et qui avaient déposé leurs dossiers il y a plus de 2O ans». Aujourd'hui, les 45O familles de la rue des Maquisards, qui ont le sentiment d'être abandonnées par les autorités, viennent de confier la mission à leurs représentants, en l'occurrence l'association de quartier, de frapper à toutes les portes et alerter l'opinion publique sur leur situation qui a atteint un seuil critique, affirment les délégués, qui espèrent obtenir des autorités locales la concrétisation de leurs promesses en matière de prise en charge des habitants du quartier pour leur évacuation vers des logements plus décents parce qu'il y a vraiment - c'est le cas de le dire - péril en la demeure !
Votre commentaire s'affichera sur cette page après validation par l'administrateur.
Ceci n'est en aucun cas un formulaire à l'adresse du sujet évoqué,
mais juste un espace d'opinion et d'échange d'idées dans le respect.
Nom & prénom
email : *
Ville *
Pays : *
Profession :
Message : *
(Les champs * sont obligatores)