Algérie

LE COUP DE BILL'ART DU SOIR Larinouna, un ténor algérien

Par Kader Bakou
Mahieddine Bachtarzi a été surnommé «Le Caruso du désert» par la presse française après un concert donné au Quai d'Orsay à Paris. L'Italien Emillio Caruso étant considéré comme le plus grand ténor lyrique de tous les temps, cela nous donne une idée du talent de l'Algérien. La semaine dernière, l'espace le Scribe-l'Harmattan a invité le ténor algérien Mohamed Larinouna pour animer un concert lyrique à l'Eglise Réformée de Paris-Luxembourg, célèbre par son acoustique unique.
Natif de Blida, Larinouna a suivi un itinéraire qui ressemble un peu à celui de Bachtarzi (tous les deux ont été membres d'associations de musique andalouse). Mahieddine Bachtarzi est devenu un ténor après avoir été découvert par Edmond Nathan Yafil qui l'a invité à rejoindre l'association El- Moutribia. Mohamed Larinouna, lui, est passé par l'Institut national de musique d'Alger, avant de poursuivre sa formation musicale en Russie, notamment au conservatoire Tchaïkovsky. C'est en Russie, qu'il a commencé sa carrière comme ténor en interprétant, aussi, des morceaux de musique andalouse, très applaudies à chaque prestation. Mohamed Larinouna est aujourd'hui installé en France. Il est peut-être le «Pavarotti du désert».
K. B.
Votre commentaire s'affichera sur cette page après validation par l'administrateur.
Ceci n'est en aucun cas un formulaire à l'adresse du sujet évoqué,
mais juste un espace d'opinion et d'échange d'idées dans le respect.
Nom & prénom
email : *
Ville *
Pays : *
Profession :
Message : *
(Les champs * sont obligatores)