Algérie

Le chef du parti au pouvoir en Afrique du Sud

«Je suis choqué» par la pauvreté chez les Blancs Jacob Zuma, le chef du parti au pouvoir en Afrique du Sud, s’est engagé à briser le tabou entourant la pauvreté des Sud-africains blancs au cours d’une visite dans un township blanc où les habitants vivent sans eau ni électricité. «Je suis choqué et surpris par ce que je vois», a lancé Jacob Zuma, chef du Congrès national africain (ANC) et à ce titre probable futur président du pays, en visitant le quartier de Bethlehem, dans la banlieue de Pretoria. «L’importante pauvreté dans la population noire ne doit pas signifier que l’on ignore la pauvreté blanche, dont il devient de plus en plus gênant de parler», a-t-il ajouté. «Chaque Sud-africain a le droit à une certaine attention, à un accès aux services», a-t-il poursuivi devant un millier des personnes, en majorité des Afrikaners (descendants des premiers colons européens). Les habitants de Bethlehem, qui vivent dans de vétustes cabanes en bois ou des caravanes, sont généralement d’anciens fonctionnaires mis à la retraite à la chute du régime d’apartheid en 1994 et qui vivent avec de maigres pensions d’Etat. Sur les 48 millions de Sud-Africains, les Blancs sont entre 4 et 5 millions et sont toujours plus favorisés que les Noirs. Le taux de chômage n’est que de 4% dans ce groupe contre 23% au niveau national, selon des chiffres rendus publics récemment par l’OCDE (Organisation pour la coopération et le développement économiques). Mais selon le syndicat Solidarité, qui comprend une majorité d’Afrikaners, le nombre de Blancs pauvres est en augmentation.
Votre commentaire s'affichera sur cette page après validation par l'administrateur.
Ceci n'est en aucun cas un formulaire à l'adresse du sujet évoqué,
mais juste un espace d'opinion et d'échange d'idées dans le respect.
Nom & prénom
email : *
Ville *
Pays : *
Profession :
Message : *
(Les champs * sont obligatores)