Algérie

Le calvaire des éboueurs de la DHA

Des conditions intolérables et absence de perspectives Les éboueurs du service de nettoiement de la commune d’Oran souffrent quotidiennement le martyre pour collecter les déchets ménagers. Tous les soirs, ils doivent ramasser des centaines de sacs débordant d’immondices, amassés devant les accès aux immeubles. Si ce pathos continue, les éboueurs seront contraints de se rebiffer, croit-on comprendre de leurs déclarations, hier. Une crise des ordures pourrait être fatale au bon déroulement de la saison estivale. L’absence de poubelles standardisées complique davantage la besogne des éboueurs et prolonge la durée des rotations des bennes-tasseuses, à l’évidence insuffisantes pour faire face aux besoins réels, selon les propres aveux des responsables du bureau de l’hygiène et de l’assainissement. Les poubelles distribuées par l’APC et la direction de l’Environnement, ont été subtilisées ou cassées. La distribution de nouvelles poubelles standardisées s’avère nécessaire car les éboueurs risquent leur santé en ramassant les sacs à même leur corps. D’autre part, les éboueurs n’étant pas équipés d’une panoplie (gants, combinaisons, bottes masques...etc) qui les protègent contre les risques d’accident et d’infections, ils risquent gros. On apprendra qu’un tiers des équipements est en panne et l’autre tiers se trouve dans un état lamentable. En fait, tout le parc mobile, du service de nettoiement, tombe souvent en panne. Le seul marché, tant attendu depuis une décennie, portant sur l’achat de nouvelles bennes tasseuses, que les élus locaux ont, à cor et à cris, estimé que c’est la solution idoine pour débarrasser la ville de ses ordures, a été entaché d’anomalies et de corruption. Ces nouvelles bennes-tasseuses moisissent dans le parc municipal. L’incivisme de la population, l’insuffisance des équipements affectés au nettoiement et la parcimonie des perspectives et des stratégies d’action font de la besogne des éboueurs un vrai clavaire quotidien. Le comble est que les responsables, qui sont à l’abri dans leurs bureaux, imputent la responsabilité de l’anarchie dans la collecte aux éboueurs. Ces derniers déclarent qu’ils sont le dindon de la farce dans la mauvaise gestion du service. L’acquisition des nouvelles bennes-tasseuses aurait, sûrement, atténué, un tant soit peu, leur calvaire. In fine, au lieu de remédier immédiatement à ces anomalies, les responsables de la DHA préfèrent continuer dans le rythme rituel des anciens élus, en élaborant des campagnes épisodiques de nettoiement qui engloutissent des centaines de millions sans pour autant inscrire les desseins d’une stratégie scientifique et exhaustive. B.M.
Votre commentaire s'affichera sur cette page après validation par l'administrateur.
Ceci n'est en aucun cas un formulaire à l'adresse du sujet évoqué,
mais juste un espace d'opinion et d'échange d'idées dans le respect.
Nom & prénom
email : *
Ville *
Pays : *
Profession :
Message : *
(Les champs * sont obligatores)