Algérie - Zaouia Sidi Benamar

La zaouïa de Sidi Benamar de Nédroma



Le miracle au quotidien Au début du siècle, un vieux bourgeois pied-noir d’Oran, propriétaire d’un grand quotidien oranais souffrait d’une méchante sciatique, restée rebelle à tous les traitements médicaux. Pendant une dizaine d’années, cloué sur une chaise longue, il avait essayé tous les remèdes que lui avaient prescrits les plus grands médecins d’Algérie, de France et de Navarre. Mais, en vain. Il avait vaguement entendu parler par ses employés de ce marabout arabe de Nédroma qui, d’après les indigènes soignait la sciatique. Il n’avait jamais cru en ces sornettes arabes. Mais comme aucun des remèdes prescrits par la médecine moderne ne semblait avoir d’action sur la maladie et comme la souffrance le taraudait de plus en plus, il se résolût à faire appel sans grande conviction, au cheikh de la zaouïa «arabe» de Sidi Benamar, près de Nédroma. Le cheikh lui prodigua des soins qui parurent au bourgeois oranais d’une naïve simplicité. Mais quelle ne fut sa surprise et celle de son entourage quand il se vit debout et faire quelques pas sans que la douleur redoutable de la sciatique ne vienne le paralyser. Et quand il put se promener sans problème dans les boulevards de la ville, il ne put que reconnaître la grande science ou la grande baraka du cheikh «arabe». Le cheikh de la Zaouïa de Sidi Benamar venait encore une fois de soulager un être humain souffrant... Et quand, en signe de reconnaissance, le riche bourgeois oranais offrit au cheikh une luxueuse et puissante Ford, celui-ci la lui renvoya sur-le-champ en lui disant qu’il ne saurait se faire payer et s’enrichir de ce don que Dieu lui avait confié pour soulager les souffrances humaines. Cette histoire résume toute la philosophie de la zaouïa de Sidi Benamar. C’est dans cette région, belle et sauvage, que Sidi Benamar, le fondateur de la zaouïa est venu s’établir vers la fin du XVIIème siècle pour y chercher la solitude et l’éloignement nécessaire à l’adoration de Dieu et à la contemplation de ses Œuvres. Le site inspire à la méditation et à la l’adoration. Une région montagneuse pittoresque dominée par le majestueux mont Felaoussen, qui porte bien son nom puisqu’en berbère, Fellaoucen signifie «le plus grand». Le panorama des montagnes boisées, de la mer plus loin et même par temps clair des côtes d’Espagne, est magnifique. Bien qu’affiliée, à l’origine, à l’Ordre de Moulay Abdelkader El Jilani, «le Monarque des Saints» enterré à Bagdad, la zaouïa de Sidi Benamar se distingue par la simplicité de sa philosophie. Elle n’a pas de dikr ni aucun des rituels spéciaux qui caractérisent les autres confréries. La zaouïa de Sidi Benamar est une zaouïa au sens populaire du terme, c’est à dire une sorte d’hospice où tous ceux qui le souhaitent sont recueillis, aidés et soignés. Depuis des siècles, en effet, on reconnaît à la zaouïa le don de guérir plusieurs maladies comme la rage, les morsures venimeuses, la stérilité des femmes. Mais c’est dans le traitement de la sciatique que la zaouïa a obtenu les résultats les plus miraculeux, comme on l’avait vu avec ce vieux Pied noir d’Oran. Une médication mystérieuse, mais efficace de la sciatique : La médication de la sciatique par le Cheikh de la zaouïa est pourtant des plus simples. Le malade souffrant de la sciatique est invité à s’asseoir et le Cheikh, tout en récitant à voix basse quelques prières, transperce doucement le tragus de l’oreille avec un petit fil de laiton. L’opération qui ne dure que quelques minutes ne provoque aucune douleur et pas la moindre perte de sang. L’anneau ainsi accroché à l’oreille ne doit pas être enlevé. Il tombera de lui-même une fois la guérison acquise. D’après la tradition, ce serait Sidi El Hadj Benamar El Betthioui qui, sentant sa fin proche, aurait confié à Sidi Benamar, le fondateur de la zaouïa le secret de la guérison de la sciatique. C’était un secret qu’il tenait de ses ancêtres depuis des temps immémoriaux.... Cette médication s’apparente à l’acupuncture, ancienne technique médicale pratiquée en Chine et aux Indes. On peut supposer que l’un des ancêtres de Sidi El Hadj Benamar El Betthioui a dû s’initier à cette technique auprès de médecins asiatiques lors d’un séjour à la Mecque. Toujours est-il que depuis des siècles le nom de la Zaouïa est lié au traitement de la sciatique et que ce traitement n’a d’effet que s’il est effectué dans la zaouïa et par le Cheikh de la zaouïa. Le cheikh a toujours décliné les invitations à se déplacer ailleurs ou à envoyer le miraculeux fil de laiton On raconte l’histoire de cet ancien officier américain du Tennessee qui avait été traité d’une méchante sciatique à la zaouïa lors de son passage en Algérie et qui avait écrit au Cheikh pour lui demander de lui envoyer le fameux fil de laiton pour soulager l’un de ses proches en Amérique. Le Cheikh n’a jamais répondu à cette demande. Actuellement, pour des raisons évidentes de sécurité, la zaouïa de Ain El Kebira est fermée. Le cheikh reçoit les malades dans une très hospitalière maison à Remchi où tout un chacun peut vous indiquer le lieu. Abdelkader HANI
Je cherche des informations sur ma grand-mère paternel, que malheureusement je n'ai pas connu, et qui s'appelait Rabha Bentamar de Nedroma, née au début du siècle et qui épousa au début des années 30 mon grand père, M. Maânan venu du Rif étudier le coran dans la zaouia. Merci d'avance pour toutes informations susceptibles de m'apprendre un peu plus sur mes origines.
maanani leila - cadre de banque - rabat, Maroc

16/09/2012 - 40329

Commentaires

la zaouia de sidi benamar à réouvrais ces portes on 2011. pour plus de rensegnement. Aller la visité. elle et à 45 km de la willaya de tlemcen on traverçant l'encien route, on passons par mehrez .
bendaoud fethi - fonctionnair - tlemcen, Algérie

17/05/2011 - 14795

Commentaires

SALEM DIEU LUI A DONNER UN DON JE SUIS DE LA REGION OU J AI ENTENDU PARLER DE LA ZAOUI DEPUIS MON TRES JEUNE AGE . JE LUI SOUHAITE LONGUE VIE CAR CETTE MALADIE N EST PAS FACILE VRAIMENT C EST DON DE DIEU QUE DIEU NOUS LE GARDE SALEM
nor - retraite - ORAN, Algérie

10/10/2010 - 7330

Commentaires

Votre commentaire s'affichera sur cette page après validation par l'administrateur.
Ceci n'est en aucun cas un formulaire à l'adresse du sujet évoqué,
mais juste un espace d'opinion et d'échange d'idées dans le respect.
Nom & prénom
email : *
Ville *
Pays : *
Profession :
Message : *
(Les champs * sont obligatores)