Algérie

La vie reprend difficilement ses droits à Ghardaïa


La vie reprend difficilement ses droits à Ghardaïa
Il faudrait des mois, peut-être des années d’efforts soutenus pour que Ghardaïa puisse ressembler à celle que l’on a jadis connue, aimée, mais qui fut mal protégée et qui fait maintenant partie d’un passé dont seules les cartes postales peuvent témoigner de sa splendeur à jamais enfouie sous le lit d’un oued.Partout et où que nous nous dirigeons, nous n’avons de cesse de croiser des engins, des camions, des grues s’affairant nuit et jour à déblayer, à nettoyer, à charger et à enlever des milliers de tonnes de boue, de gravats, de ferrailles, de carcasses de véhicules et toutes sortes d’objets hétéroclites pratiquement impossible à identifier tant ils sont abîmés et complètement englués par la boue asséchée. La tâche est titanesque, mais le défi est relevé par ces dizaines d’équipes de militaires, de gendarmes, d’agents de la Protection civile et de citoyens bénévoles qui ont afflué de tous les coins du territoire national vers les huit communes déclarées, avant-hier, sinistrées par Ahmed Ouyahia, Chef du gouvernement, lors sa visite à Ghardaïa. Par ailleurs, des équipes médicales dotées d’ambulances, de matériel et médicaments, venues de Ouargla, Laghouat, El-Oued et d’El-Bayadh, sont à pied d’œuvre depuis le début de la catastrophe. Des équipes mobiles ont été ainsi déployées sur le terrain pour des prélèvements bactériologiques et l’enfouissement des cadavres d’animaux. L’abattage des animaux errants, susceptibles de véhiculer quelque épidémie, est enclenché. Un immense effort a été engagé par les équipes de la Sonelgaz, renforcées par leurs consœurs des wilayas limitrophes, pour le rétablissement de l’électricité et du gaz. L’électricité a été rétablie à près de 80% à Ghardaïa, Dhaïa Ben Dahoua, Bounoura et El-Atteuf. Les quartiers populaires de Hadj Messaoud, Mermed, Tichrihine et El-Ghaba, quant à eux, et dont les inondations ont ravagé les postes électriques, seront incessamment réalimentés, juste après l’évacuation des eaux et l’ouverture des voies d’accès. Pour ce qui est du gaz, 75% des abonnés de la commune de Ghardaïa et 60% de la commune de Bounoura sont réalimentés. Les autres quartiers seront réalimentés dès la réparation, qu’on dit très prochaine, de l’importante conduite endommagée sous le pont de Sidi Abbaz. Guerrara, Berriane et Dhaïa Ben Dahoua sont déjà réalimentés à 100%. Seule El-Atteuf, et compte tenu des très importants dégâts subis par le réseau, attend d’être réalimentée. Il faut signaler que grâce à ces réparations, les boulangeries, à l’exception de celles situées dans la commune d’El-Atteuf, ont repris leur travail et commencé à produire du pain. Le réseau routier est entièrement opérationnel, exception faite du tronçon Zelfana-Guerrara. Le réseau de télécommunication, durement touché, est en train d’être réparé secteur par secteur, ce qui certainement va prendre beaucoup de temps pour son rétablissement total. La sécurité est assurée par des centaines de militaires et des compagnies entières de gendarmes, ramenés en renfort.
Votre commentaire s'affichera sur cette page après validation par l'administrateur.
Ceci n'est en aucun cas un formulaire à l'adresse du sujet évoqué,
mais juste un espace d'opinion et d'échange d'idées dans le respect.
Nom & prénom
email : *
Ville *
Pays : *
Profession :
Message : *
(Les champs * sont obligatores)