Algérie - A la une

La torture pendant la bataille d'Alger : un cruel nommé Jean-Marie Le Pen à l''uvre.



La torture pendant la bataille d'Alger : un cruel nommé Jean-Marie Le Pen à l''uvre.
Le vote des pleins pouvoirs, le 7 janvier 1957, correspond indubitablement à un véritable tournant dans la bataille d'Alger. Bien évidemment, avant ce vote, les ultras recouraient sans scrupules à une violence urbaine dépassant de loin celle engagée par le FLN. La bombe de la rue de Thèbes ne visait-elle pas indistinctement les femmes, les enfants et les vieillards de la Casbah ' Soixante-dix personnes périrent dans cet attentat du 10 aout 1956, perpétré par des ultras. Le cerveau de l'opération fut le futur chef de l'OAS, André Achiary. En revanche, après le vote des pleins pouvoirs, les paras sont chargés tout bonnement de nettoyer la ville. C'est là qu'un para se distingue par sa cruauté. Il s'agit bien évidemment du réactionnaire Jean Marie Le Pen. En effet, ce dernier rejoint, après l'envoi du contingent, le 1er REP (régiment étranger de parachutiste). Bien qu'il ait été élu député en janvier 1956, ce jeune poujadiste s'engage, en signe de solidarité avec les paras, pour une période de six mois. En janvier 1957, le lieutenant de réserve, Jean Marie Le Pen, arrive donc à Alger.


Votre commentaire s'affichera sur cette page après validation par l'administrateur.
Ceci n'est en aucun cas un formulaire à l'adresse du sujet évoqué,
mais juste un espace d'opinion et d'échange d'idées dans le respect.
Nom & prénom
email : *
Ville *
Pays : *
Profession :
Message : *
(Les champs * sont obligatores)