Algérie

« La sécurité et la situation humanitaire, une priorité » selon Kobler

« La sécurité et la situation humanitaire, une priorité » selon Kobler
Le médiateur de l'ONU, Martin Kobler, a appelé, jeudi dernier devant le Conseil de sécurité, le nouveau gouvernement libyen d'union nationale à travailler d'urgence pour améliorer la sécurité et la situation humanitaire dans le pays. « Ce gouvernement doit passer de la salle de conférence au travail pratique », a-t-il jugé, soulignant que les conditions de sécurité restaient fragiles et la situation politique instable. Plusieurs ambassadeurs des 15 pays membres du Conseil ont noté des progrès mais ont souligné que la route serait longue avant de rétablir la stabilité dans le pays. Pour l'ambassadeur russe, Vitali Tchourkine, la situation en Libye continue d'être presque catastrophique. « Le gouvernement d'union n'a pas été approuvé par le Parlement et il y a des groupes influents qui ne sont pas satisfaits des arrangements actuels », a-t-il affirmé, mettant l'accent sur la nécessité d'établir des autorités centrales fortes en Libye, en particulier pour mener la lutte contre le groupe terroriste Daech qui s'est implanté dans le pays. Le gouvernement d'union nationale libyen a pris, jeudi dernier, le contrôle du site internet du cabinet non reconnu de Tripoli. Désormais, c'est le logo de l'« Etat de Libye - gouvernement d'union nationale », qui remplace celui du « Gouvernement de salut national » qui gérait les institutions de Tripoli depuis l'été 2014. Dans un communiqué diffusé jeudi, il est annoncé que le site internet du Premier ministre est dorénavant sous la supervision du Bureau d'information (...) du gouvernement d'union. Selon la même source, là où étaient inscrits jusqu'à présent les noms des membres du cabinet non reconnu dirigé par Khalifa Ghweil, figurent à présent ceux des membres du Conseil présidentiel, qui seconde le gouvernement d'union dirigé par Fayez al-Sarraj. Le gouvernement d'union nationale est arrivé le 30 mars sur la base navale de Tripoli, avec l'ambition de remplacer le cabinet de M. Ghweil, non reconnu par la communauté internationale et qui se dispute le pouvoir avec un autre gouvernement basé à Tobrouk, dans l'est du pays.Le gouvernement non reconnu de Tripoli avait indiqué mardi céder le pouvoir au cabinet d'union nationale. Le Parlement de Tobrouk est la seule institution légitime qui peut conforter officiellement le gouvernement d'union, sur la base de l'accord politique en vertu duquel ce Parlement deviendra ensuite l'instance législative officielle. Pour rappel, Fayez al-Sarraj a recueilli le soutien des villes de l'Ouest et du Sud, de la Banque centrale, la Compagnie nationale de pétrole et de la plupart des milices qui soutenaient jusque-là le gouvernement non reconnu de Tripoli.


Votre commentaire s'affichera sur cette page après validation par l'administrateur.
Ceci n'est en aucun cas un formulaire à l'adresse du sujet évoqué,
mais juste un espace d'opinion et d'échange d'idées dans le respect.
Nom & prénom
email : *
Ville *
Pays : *
Profession :
Message : *
(Les champs * sont obligatores)