Algérie - Revue de Presse

La responsabilité des Etats-Unis



Le monde arabe guette avec un extraordinaire intérêt, sans pour autant se faire trop d?illusions, un fléchissement de la politique américaine au Proche-Orient. Arafat ne sera plus l?alibi. Le décès du dirigeant historique palestinien plonge, en effet, les Etats-Unis dans l?embarras. Ce pays, grand protecteur d?Israël, est à présent au pied du mur. L?Administration Bush, qui avait opté, après les attaques terroristes du 11 septembre 2001, pour un soutien total, sans faille, ni ambiguïté, autorisant et encourageant l?Etat d?Israël dans sa politique de répression et de reniement des droits les plus élémentaires des Palestiniens, n?a plus Arafat en face d?elle pour justifier son alignement sur Israël. Va-t-elle pour autant accéder aux v?ux pressants de la majorité écrasante de la communauté internationale, en imposant à Israël la création d?un Etat palestinien fiable et viable ? Rien n?est sûr. Les Palestiniens, qui étaient tenus, tout récemment encore - au mieux pour des réfugiés, au pis pour des terroristes -, méritent d?accéder à l?indépendance et à la paix. Cela ne semble pas être du tout le point de vue de l?Administration américaine, confinée dans ses convictions et ses thèses par la victoire de Bush à l?élection présidentielle. Le courant ultraconservateur - pro-sioniste et antiarabe - risque encore d?être aveuglé par ce qui leur semble être une « victoire » militaire à Falloujah et par l?occupation de l?Irak. A l?évidence, Arafat, qui a incarné les espoirs du peuple palestinien aspirant à une reconnaissance de ses droits, ne verra pas le drapeau de son Etat flotter sur Jérusalem-Est. C?était son rêve le plus fou. Mais il aura incontestablement imposé la tragédie de son peuple au c?ur du débat international. Tous les regards se tournent aujourd?hui vers Washington, « la première démocratie du monde ». Celle-ci peut-elle se permettre de maintenir tout un peuple spolié de ses terres depuis 1948 dans un état de dégradation économique et social inimaginable ? Les rapports de l?ensemble des institutions internationales sur l?état réel de la population palestinienne sont édifiants. Après sa réélection, Bush a le devoir, aux yeux des Arabes, de rééquilibrer un tant soit peu sa politique, dans un conflit qui s?éternise, mais en aura-t-il la capacité ? Dans ce cas-là, l?Intifadha a encore de beaux jours devant elle... Les images d?hier montrant tout un peuple rendant un hommage exceptionnel à un homme qui a consacré plus de quarante ans de sa vie pour voir naître l?Etat palestinien doivent faire méditer les responsables de l?Administration américaine.
Votre commentaire s'affichera sur cette page après validation par l'administrateur.
Ceci n'est en aucun cas un formulaire à l'adresse du sujet évoqué,
mais juste un espace d'opinion et d'échange d'idées dans le respect.
Nom & prénom
email : *
Ville *
Pays : *
Profession :
Message : *
(Les champs * sont obligatores)