Algérie

La réhabilitation du réseau d'assainissement en retard

La réhabilitation du réseau d'assainissement en retard
Depuis quelques semaines, le quartier d'Oued El Bir est dans un piteux état.La route principale qui y mène est obstruée. Entre les monticules de terre et de pierres et les trous non bouchés, les piétons slaloment pour se frayer un petit chemin de passage. En voiture, l'accès est impossible. C'est d'ailleurs la raison pour laquelle le camion du ramassage des ordures ne passe plus dans ce quartier. Du coup, les habitants d'Oued El Bir sont contraints de supporter à longueur de journée les odeurs nauséabondes des égouts et des détritus en décomposition. A l'origine de ce sens dessus dessous, les travaux de rénovation du réseau d'assainissement qui connaissent une lenteur exaspérante. Après avoir sollicité à maintes reprises les autorités locales, sans que leurs doléances soient prises en charge, les habitants de ce quartier «oublié» se sont rapprochés de notre journal pour se plaindre du mépris qu'ils subissent. Ils dénoncent le lot des désagréments quotidiens qui découlent de ces travaux. «La situation est de plus en plus cauchemardesque, la circulation est coupée, les odeurs sont insupportables et les poussières sont partout même dans nos maisons», tonne un riverain. Et d'avertir : «S'il venait à pleuvoir, on ne pourra pas sortir de chez nous.» «Faut-il toute cette pagaille pour rénover un réseau d'assainissement '», s'interroge un autre. Aussi, les riverains se désolent du fait que les autorités locales ne soient pas intervenues pour inciter l'entreprise réalisatrice de ce projet à accélérer les travaux. «Nous avons sollicité l'intervention des responsables locaux mais ces derniers n'ont pas réagi», s'étonnent nos interlocuteurs. En attendant que le réseau soit entièrement rénové, les eaux usées continuent de se déverser à ciel ouvert, empruntant un passage conduisant au tunnel «Ghar Boudouala» avant d'achever leur course et se jeter dans la plage de Boudouala. En plus de l'odeur pestilentielle qui affecte l'atmosphère environnante, la crue nauséabonde s'engouffre dans le tunnel de Boudouala, seul accès à une plage très fréquentée en été, en hiver aussi, puisque les amateurs de pêche à la ligne y trouvent un lieu de prédilection pour pratiquer leur passion.


Votre commentaire s'affichera sur cette page après validation par l'administrateur.
Ceci n'est en aucun cas un formulaire à l'adresse du sujet évoqué,
mais juste un espace d'opinion et d'échange d'idées dans le respect.
Nom & prénom
email : *
Ville *
Pays : *
Profession :
Message : *
(Les champs * sont obligatores)