Algérie - Juifs d'Algérie

La question juive entre les deux imams "Al-Maghili et Al-'Asmuni"?


La question juive entre les deux imams
La question juive dans le désert de Tamentit en Algérie, a suscité beaucoup d'encre, tant à l'est qu'à l'ouest, selon l'angle de vue et l'orientation idéologique, en particulier après l'émission de la fatwa du cheikh Al-Maghili (Mohammed ben Abdelkrim 1427-1503) en 1477, qui a expulsé la communauté juive de la région de Tamentit et Tamentit où ils étaient établis, et a ordonné la destruction de leur synagogue qu'ils avaient construite, la fatwa autorisant leur meurtre, ce qui a occupé de nombreux chercheurs, en particulier les étrangers (Alfred George Bull Martin: Les oasis du Sahara Gourara, Tamentit et Tidikelt). La raison invoquée par l'imam Al-Maghili était la désobéissance des Juifs aux obligations qui leur incombaient en tant que "dhimmis", ainsi que leur prise de contrôle des routes commerciales traversant le désert algérien jusqu'à Fès, la domination des oasis et des sources d'eau, et le contrôle de tous les aspects de la vie, faisant d'eux les seigneurs, en plus des attaques fréquentes contre les Tawareqs musulmans de Tamentit. La plupart des Juifs résidant dans la région du désert étaient des Juifs qui avaient fui les tribunaux d'Inquisition en Andalousie, sous forme de vagues successives depuis la chute de Tolède et enfin Grenade, une époque que l'imam Al-Maghili a vécue de près entre les États zianides et marabouts à Tlemcen, puis la migration vers le désert de Tamentit. Il a vu de près comment les Juifs avaient pris le contrôle des professions essentielles au point de les dominer entièrement, l'or, le commerce et d'autres industries, et l'eau, qui était plus précieuse que l'or dans le désert en raison de sa rareté et de la nécessité pour les habitants. C'est pourquoi la fatwa de l'imam Al-Maghili était une réaction rapide à la situation qui s'aggravait chaque jour, et il a tranché en faveur de leur expulsion et de leur meurtre parfois, et la conversion de nombreuses synagogues juives à Tamentit en mosquées : le palais des enfants d'Haroun, le palais des enfants de Ba Moussa, le palais de Yusuf ou en amazighe Aghem Anzouf, où il a construit son marché renommé qui a relié Tamentit aux régions environnantes. Mais le problème majeur était l'effondrement total du commerce dans la région du désert, ce qui a eu des conséquences désastreuses sur le plan économique ; car ils contrôlaient tout. La région de Tamentit a soudainement perdu son statut de lieu de passage sûr pour les caravanes commerciales traversant le désert qui arrivaient chargées d'or et de marchandises précieuses des marchés d'Afrique de l'Ouest, ce qui faisait prospérer le commerce. De plus, l'occupation portugaise de nombreux ports africains et arabes a empiré les choses, car les routes maritimes sont devenues plus importantes et plus sûres que les routes terrestres, qui étaient entourées de nombreux dangers. Les Portugais ont établi une présence maritime forte sur les côtes arabes et africaines, notamment après les explorations de Henry le Navigateur. Ces détails, de leur valeur historique, sont généralement connus. Ce qui m'a personnellement intrigué, dans ma lecture de la question juive et du cheikh Al-Maghili, ce n'est pas ce qui a été mentionné, car cela est connu des spécialistes et de certains intéressés, mais quelque chose d'autre a été passé sous silence par les historiens et même les spécialistes, comme s'il n'existait pas ou ne méritait pas d'être mentionné. Et c'est étrange. Je comprends que les chercheurs occidentaux liés pour la plupart à la question de l'antisémitisme, dans le cadre des guerres religieuses et des luttes idéologiques, ne montrent que la partie la plus violente de la relation entre les musulmans et les Juifs, c'est-à-dire la fatwa du cheikh Al-Maghili, mais je ne comprends pas le silence des historiens arabes sur une question aussi sensible et aiguisée, car de nombreux juristes se sont opposés à la vision de l'imam Al-Maghili, ce qui a contraint tout le monde à consulter les juristes de l'époque pour connaître l'avis religieux sur ce que le cheikh avait conclu dans sa fatwa. De nombreux érudits ont enregistré l'opinion de l'imam et ont montré que sa position n'était pas correcte, parmi eux une personnalité importante de la région de Tamentit qui est venue de Tlemcen également, le cheikh Abdullah ibn Abi Bakr Al-'Asmuni, juge de Tamentit, qui s'est fermement opposé et argumenté contre la fatwa, et a consulté de nombreux érudits qui étaient en faveur de l'interdiction, car il a empêché la destruction des temples juifs en se basant sur les principes et les règles de la charia, et a considéré cela comme une injustice, il y avait des textes juridiques antérieurs dans des situations similaires. Il a mentionné que les Juifs de Tamentit ont continué à respecter les dispositions du "contrat de dhimma" qui garantit leurs droits, et ils avaient le droit de pratiquer librement leurs rites, surtout que Tamentit a accueilli les vagues de Juifs fuyant la persécution catholique de l'Inquisition qui a brûlé beaucoup de leurs savants, en particulier à Tolède. Il y avait une autre personnalité importante de Tlemcen, dont le point de vue était proche de celui du juge Al-'Asmuni, c'était Ibn Zakariya Al-Tlemceni qui a été consulté sur la nécessité de retirer la qualité de "dhimmi" aux Juifs de Tamentit et Tamentit? Et il est arrivé à la conclusion que tous les juristes de l'Islam étaient interdits de combattre les dhimmis. Ils n'ont pas rompu le pacte, donc ils ont les mêmes droits que
Votre commentaire s'affichera sur cette page après validation par l'administrateur.
Ceci n'est en aucun cas un formulaire à l'adresse du sujet évoqué,
mais juste un espace d'opinion et d'échange d'idées dans le respect.
Nom & prénom
email : *
Ville *
Pays : *
Profession :
Message : *
(Les champs * sont obligatores)