Algérie

La présence turque en Algérie racontée par ses victimes

La présence turque en Algérie racontée par ses victimes
Ce récit raconte une expédition punitive menée par les Turcs partis depuis le bordj Sébaou, en 1825, contre le village Ait Saïd. C'était alors pour punir la tribu des Aït Ouaguenoun qui, aux yeux de la Régence d'Alger, refusait de payer l'impôt et faisait d'autres actes de désobéissance. Peu d'historiens ont évoqué, en effet, ce drame qui avait pourtant fait beaucoup de victimes parmi la population de la région. Seuls, quelques vieux évoquent cette histoire et encore, le plus souvent en y rajoutant des trames inobservables, farfelues, histoire de refouler l'humiliation subie.L'auteur, un pur autodidacte au passage, a tenté de fouiller dans cette mémoire qui subsiste encore dans cette région de la Kabylie maritime. Il nous livre à la fin un récit qui est une fiction, mais qui pourrait être très proche de la réalité vécue.Des légendes en fragments glanées ici ou là, agrémentent ce récit. L'auteur nous dit que mis à part trois ou quatre personnages créés avec toute la liberté que permet la fiction, le reste, y compris les personnages, est, pour le moins véhiculé par la littérature orale de la région.Un auteur qui avait évoqué brièvement ce drame, Josef Nil Robin en l'occurrence, a servi de base pour tenter de placer ce récit au diapason de l'histoire. Le rocher de l'hécatombe est édité à Paris par Edilivre, il est disponible en vente. Les lecteurs peuvent le commander en ligne sur le site de la maison d'édition.L'Expression: Présentez-vous à nos lecteurs.Lounès Ghezali: Disons, un lecteur qui s'essaie à l'écriture. Un pur autodidacte en tout cas. Mais en dehors de quelques nouvelles dont deux ou trois publiées par le défunt journal Le pays, c'est la première fois que je publie un roman.Le rocher de l'hécatombe, un roman historique né de faits réels'Le fait réel dans ce roman, c'est l'expédition punitive de 1825 menée par les Turcs contre le village Ait Saïd. Quelques écrits évoquent très succinctement cette bataille. Il y a Robin, Mouloud Gaid, Amar Boulifa, mais personne ne donne des détails sur ce drame.Les seuls moyens de construire quelque chose de probant, c'est de fouiller dans la mémoire collective du village qui est faite de fragments de légendes, d'histoires racontées ici et là, mais, bien sûr, en faisant attention aux différentes formes d'excès qui viennent souvent pour glorifier ou décrier tel ou tel.Vous racontez donc des faits historiques vérifiés par la documentation. Vous touchez ainsi à la présence turque en Algérie, essentiellement en Kabylie. Parlez-nous-en'Pas tout à fait cela. Le seul livre que j'ai consulté, disons pour mettre toute cette littérature orale livrée sans aucune référence, au diapason de la grande Histoire, celle officielle, est, celui de Josef Nil Robin. Je n'ignore pas qu'il n'est pas une grande référence en la matière, mais c'est celui qui donne une date, qui cite des lieux corroborant quasiment tous ces fragments de légendes racontés dans la région.Quant à la présence turque en Algérie, peut-être qu'elle a apporté certaines choses positives, du moins dans certains endroits, il n'en demeure pas moins que beaucoup de drames, spoliations et autres injustices ont eu lieu sous la Régence. Chose que l'histoire officielle le plus souvent ne retient pas. Il ne s'agit pas de raviver des antagonismes, il s'agit de dire simplement la vérité.Encore des romans du même genre dans un avenir proche'Oui, actuellement je suis en train d'ébaucher quelque chose sur la guerre de Libération nationale. J'essaie d'opérer avec la même démarche. C'est-à-dire avoir en vue des acteurs réels pendant ou avant la guerre puis de les faire évoluer dans un récit fictif. J'espère que l'expérience vécue avec Le rocher de l'hécatombe me servira pour avancer plus vite.


Votre commentaire s'affichera sur cette page après validation par l'administrateur.
Ceci n'est en aucun cas un formulaire à l'adresse du sujet évoqué,
mais juste un espace d'opinion et d'échange d'idées dans le respect.
Nom & prénom
email : *
Ville *
Pays : *
Profession :
Message : *
(Les champs * sont obligatores)