Algérie

La nouvelle production du Ballet national dévoilée à Alger

La nouvelle production du Ballet national dévoilée à Alger
« La flamme du Sahara », un ballet alliant des tableaux d'opérette à une représentation de danse contemporaine autour d'une légende populaire algérienne, a été présentée, mardi dernier au soir, au public algérois. Produit par le Ballet national sur une chorégraphie d'Ahmed Khamis et de Fatima Zohra Namous, ce nouveau spectacle a été présenté en présence du Premier ministre, Abdelmalek Sellal, du ministre de la Culture, Azzedine Mihoubi, et d'autres membres du gouvernement. Adapté du texte « Tableau de la vie arabe » de l'écrivain Slimane Ben Brahim (1871-1953), compagnon du peintre Etienne Dinet, ce spectacle relate une histoire d'amour dans un village qui se prépare dans une ambiance très festive à célébrer l'union de Benmerzoug, chasseur et cavalier reconnu, et Farahoda. Le premier tableau, très riche en couleurs et dédié aux festivités, tiendrait plus de l'opérette et du folklore utilisant plusieurs éléments du patrimoine populaire algérien, à l'instar des costumes, du goual et des jeux traditionnels et des danses des Aurès et des Ouled Naïl. Un duo mettant en scène l'amour des deux personnages principaux du spectacle, exécuté par Wissam Mazzouz et Nadjib Salhi, démontre la touche contemporaine du chorégraphe tout comme un tableau dédié à la chasse et la cavalerie où les mouvements des danseurs s'inspiraient de la gestuelle des chevaux, sur une musique tribale du compositeur Salim Dada. Cette opérette festive tourne au drame quand Farahoda tombe gravement malade et que son bien-aimé part à la recherche d'une plante médicinale miraculeuse. Ce tableau a ébloui les spectateurs par la singulière performance du danseur, Amer Khaloufi, qui a campé le rôle de « Lazrag », le cheval de Benmerzoug.Les tableaux de « La flamme du Sahara » deviennent de plus en plus lugubres et expriment la douleur et le désarroi suite à la maladie puis au décès de la jeune femme, un décès et des funérailles dont la mise en scène a été jugée « trop réaliste » par le public. Le public, présent à cette première représentation, a salué le « renouveau » des danseurs du ballet qui se sont illustrés pour la première fois dans un registre contemporain, malgré quelques « lenteurs dans les derniers tableaux ». La touche « fraîche et contemporaine » du duo, Ahmed Khamis et Salim Dada, a également séduit les spectateurs qui disent avoir « compris et interagi » avec une histoire racontée uniquement par la danse et le langage corporel, même si le titre de cette production, « La flamme du Sahara », « ne se retrouve pas sur scène ».Adapté d'un texte datant de 1908 de Slimane Ben Brahim, le spectacle était également porté par une conception lumière et costume contemporaine mais inspirée de l'époque. Le Ballet national prévoit deux autres représentations à Alger les 21 et 28 avril, avant d'entamer une tournée dans les villes de l'est du pays à partir du mois de mai prochain. Une exposition de photographies mettant en avant le travail des danseurs par le photographe Nadjib Rahmani, a également été présentée au public et devrait suivre le spectacle dans sa tournée.


Votre commentaire s'affichera sur cette page après validation par l'administrateur.
Ceci n'est en aucun cas un formulaire à l'adresse du sujet évoqué,
mais juste un espace d'opinion et d'échange d'idées dans le respect.
Nom & prénom
email : *
Ville *
Pays : *
Profession :
Message : *
(Les champs * sont obligatores)