Algérie - Revue de Presse

La leçon



Magnifique peuple palestinien ! En élisant Mahmoud Abbas à la présidence de l?Autorité palestinienne, il donne au monde entier une grande leçon de maturité politique. L?élection de dimanche dernier a une double signification. D?abord, de tous les peuples arabes, il est celui qui est le plus ancré dans la démocratie. Ensuite, il rappelle son aspiration profonde à vivre en paix en soulignant que s?il a pris les armes depuis 1948, c?est l?ennemi sioniste qui ne lui a laissé aucune autre solution et l?a poussé à cette forme d?action. Il a aussi écouté son nouveau leader, lequel a affirmé que la création d?un Etat palestinien ne peut être réalisée par les armes, le rapport des forces étant très disproportionné, mais par des voies pacifiques. Les électeurs ont répondu massivement et positivement à ce message. Ils ont tendu la main aux Israéliens pour inaugurer avec eux une nouvelle ère reposant sur la justice et faite d?amitié et de coexistence pacifique. Ils ont balisé le chemin pour une relance sérieuse des négociations en vue de la création de deux Etats vivant côte à côte. La balle est désormais dans le camp d?Israël et de ceux qui le soutiennent aveuglément et inconditionnellement, particulièrement les Etats-Unis. Le Premier ministre israélien, Ariel Sharon, va-t-il saisir la balle au bond et donner sa chance à la paix ? C?est difficile d?y croire. Il s?est enfermé dans une logique agressive et expansionniste et il est à la tête d?un parti qui ne voit les Palestiniens que comme réfugiés et leur dénie toute existence dans leur patrie historique. Depuis son arrivée au pouvoir, Sharon n?a pas cessé d?inculquer à ses compatriotes l?extrémisme, l?intolérance et la négation de l?Autre. Il parle certes de faire la paix. Mais quelle paix ? Jusqu?à ce jour, il s?est contenté d?annoncer sa volonté de démanteler les colonies de peuplement situées dans la bande de Ghaza qui n?ont, au demeurant, aucun intérêt - ni politique, ni économique, ni stratégique - pour lui. Mais il n?a jamais parlé du gros morceau, en l?occurrence des colonies de Cisjordanie. Au contraire, il a encouragé leur création. Ce qui signifie clairement qu?il n?est pas prêt pour un Etat palestinien. Les Américains peuvent exercer sur lui des pressions pour l?obliger à aller dans ce sens. Mais eux aussi sont prisonniers du puissant lobby sioniste. Ajoutez à cela le fait que l?Administration Bush est fondamentaliste et ne jure que par la Bible. De ce fait, elle considère l?existence d?Israël comme la réalisation d?une volonté divine et que, par conséquent, il est exclu de s?opposer à ses desiderata. En clair, la paix n?est pas encore proche, du moins tant que le Likoud est au pouvoir.


Votre commentaire s'affichera sur cette page après validation par l'administrateur.
Ceci n'est en aucun cas un formulaire à l'adresse du sujet évoqué,
mais juste un espace d'opinion et d'échange d'idées dans le respect.
Nom & prénom
email : *
Ville *
Pays : *
Profession :
Message : *
(Les champs * sont obligatores)