Algérie

La jeune comédienne Khaloua Boudjemaâ d’El Moudja à la VO


Porter l’œuvre de Kaki comme un héritage familial De passage au TRSBA, histoire de rendre visite aux artistes de la scène bélabésienne, Khaloua Boudjemaâ, la fille de l’inusable Djilali Boudjemaâ, animateur de l’association culturelle «El Moudja», nous a aimablement accordé un bref entretien qui en dit long sur cette jeune passionnée des planches où l’ombre de Kaki plane dans son univers théâtral. V.O.: Que devenez-vous Khaloua? K.B.: J’enseigne la langue française, j’assiste également le metteur en scène Djillali, qui se trouve être mon père, à la dernière création intitulée «Nègre». - Parlez-nous de vos débuts? - En fait, je suis née sur les planches, mais c’est en 1990 que je fais partie de la troupe que dirigeait alors mon père, dans le chœur de la pièce «Koul Ouahed Ou hakmou» de A. Kaki. Nous avons donné un premier spectacle en 1990 en tant que formation théâtrale puis, en 1992, au Maroc. - Que représente Kaki pour vous? - Je suis fière d’avoir travaillé à son répertoire à travers Djillali qui ne cesse de porter ce flambeau toujours en mouvement. C’est un héritage familial. Kaki possède un sens profond du pays. Il a une vision d’un poète populaire, sorte de Meddah qui a su adapter les formes de l’expression théâtrale moderne. Il faut aussi évoquer Fethi Osman, comédien de talent, en hommage auquel on a baptisé notre petit local de La Salamandre. - Et votre propre itinéraire? - En 2000, j’ai mis en scène un texte de Djillali. Ensuite, dans le cadre du festival scolaire, j’ai repris la pièce «132 ans» de A. Kaki et, en 2005, celle de Tayeb Seddiki «La lampe à huile». On a utilisé la Comédia dell’arte comme forme de jeu du théâtre populaire. - Quel sens donner à votre visite à Sidi Bel-Abbès? - Voir mes amis du théâtre et surtout pour un projet que je compte réaliser au TRSBA. - Un dernier mot? - Merci à la Voix de l’Oranie de me donner l’occasion de me faire connaître.
Votre commentaire s'affichera sur cette page après validation par l'administrateur.
Ceci n'est en aucun cas un formulaire à l'adresse du sujet évoqué,
mais juste un espace d'opinion et d'échange d'idées dans le respect.
Nom & prénom
email : *
Ville *
Pays : *
Profession :
Message : *
(Les champs * sont obligatores)