Algérie

La France prolonge sa présence militaire au Sahel

La France prolonge sa présence militaire au Sahel
La France n'a pas l'intention de quitter le Sahel. Elle a peut-être vocation à devenir le gendarme de cette zone puisqu'elle compte mener une opération de manière «permanente» dans la région. La France a annoncé officiellement la fin de l'opération Serval au Mali et le commencement d'une autre ! En fait, le ministre français de la Défense parle plutôt du remplacement de Serval par une opération «plus large et permanente» de lutte contre le terrorisme au Sahel. Jean-Yves Le Drian, a déclaré, lors d'une émission politique, que «le président de la République a souhaité qu'il y ait une réorganisation de nos forces dans la zone du Sahel. L'opération Serval est terminée et sera remplacée par l'opération régionale ?'Barkhane'' pour lutter contre le terrorisme au Sahel. Elle sera dotée de 3 000 militaires français». L'opération «Barkhane» va être mise en place dans les jours qui viennent, en partenariat avec les cinq pays de la région à savoir la Mauritanie, le Mali, le Burkina Faso, le Niger et le Tchad. «Barkhane» sera appuyée par 20 hélicoptères, 200 véhicules blindés, 10 avions de transport tactique et stratégique, 6 avions de chasse et 3 drones. L'état-major sera installé à N'Djamena, capitale du Tchad. En fait, il est clair que la France n'a pas l'intention de quitter la région sahélo-saharienne. Elle prétexte les risques de constitution à nouveau de groupes terroristes combattants.«L'opération contre le terrorisme a été menée à bien, avec une grande efficacité, avec beaucoup d'élimination de terroristes et beaucoup de stocks d'armes repris. Maintenant il y a le souci pour nous et pour les pays de la zone de veiller à ce qu'il n'y ait pas de recrudescence» du terrorisme a déclaré M. Le Drian car «il y a toujours des risques majeurs de développement de djihadistes dans la zone qui va de la Corne de l'Afrique à la Guinée-Bissau» et d'insister en disant «le but, c'est d'empêcher que ce que j'appelle l'autoroute de tous les trafics ne devienne un lieu de passage permanent, de reconstitution des groupes djihadistes entre la Libye et l'océan Atlantique, ce qui entraînerait ensuite des conséquences graves pour notre sécurité.C'est notre sécurité qui est en jeu !».A préciser que le dossier Barkhane sera au menu des discussions que le président français François Hollande aura avec ses homologues africains, lors de sa tournée en Afrique (Côte d'Ivoire, Niger, Tchad) de jeudi à samedi prochain. Notons enfin que selon le bilan donné par le ministre de la Défense français, l'opération Serval, lancée, rappelons-le, le 11 janvier 2013, «l'opération Serval contre le terrorisme a été menée à bien, avec une grande efficacité et avec beaucoup de terroristes éliminés et de stocks d'armes saisis».Il a précisé à ce propos, que 8 soldats ont trouvé la mort sur les 1 700 militaires français qui ont participé à cette opération et qu'au total, 200 tonnes d'armements et de munitions ont été saisies, dont 20 tonnes de nitrate d'ammonium, qui sert à fabriquer des engins explosifs.H. Y.


Votre commentaire s'affichera sur cette page après validation par l'administrateur.
Ceci n'est en aucun cas un formulaire à l'adresse du sujet évoqué,
mais juste un espace d'opinion et d'échange d'idées dans le respect.
Nom & prénom
email : *
Ville *
Pays : *
Profession :
Message : *
(Les champs * sont obligatores)