Algérie

La fraise marocaine inonde le marché


Depuis près d'un mois, le marché local des fruits a été inondé par de grandes quantités de fraises. Ce fruit, autrefois peu connu, a fait une irruption fulgurante au point où, dans tous les marchés d'Oran, des barquettes d'un kilo environ sont proposées à des prix imbattables, donnant ainsi l'occasion aux ménagères de profiter de cette aubaine en offrant à leur famille un fruit répertorié pour sa rareté et sa cherté dans le chapitre des exotiques. Cette abondance a fait que la barquette comprenant des fraises de bonne qualité est écoulée entre 80 et 100 DA. Certains évitent de faire leurs emplettes le matin pour profiter de rabais en fin de journée avec des prix pouvant atteindre 60 DA la barquette. Selon les marchands de fruits, ce qui est nouveau et observé depuis quelques années est le gabarit de certaines pièces qui peuvent peser jusqu'à 100 gr. Quant à leur provenance, certaines sources du marché de gros de la ville avancent que la filière marocaine est le plus grand fournisseur et les spécialistes du cabas, qualification donnée à ceux qui s'approvisionnent des villes frontalières du Maroc et qui traversent la frontière pour se donner rendez-vous avec d'autres personnes sur le territoire algérien qui seront chargés d'acheminer la marchandise vers les villes de l'Ouest du pays. Cette explication semble la plus plausible étant donné que ce fruit n'est pas aussi répandu dans les régions de l'Est et encore moins du centre du pays, et par la différence constatée aussi bien au niveau du goût que du calibre de la fraise de Skikda. A une question relative au prix de gros, notre source indique que le prix varie entre 60 à 30 DA le kilo, un prix pratiqué pour la fraise destinée notamment pour la confiture. Quant aux conditions de conservation du fruit connu pour être facilement périssable, notre source signale que les producteurs installés au Maroc, en grande partie des Espagnols, ont introduit de nouveaux entrants permettant une plus longue conservation d'autant que cela est même difficile à réaliser au niveau des chambres froides. Pour les fraises bien de chez nous, une autre source indique qu'il faudrait encore plusieurs jours avant de les voir sur le marché. Une ménagère rencontrée au marché d'El-Hamri, et devant son embarras à opter pour un fruit en raison de leur cherté, n'a pas hésité pour les fraises en faisant remarquer au passage qu'au plan goût, il est différent des petites fraises anciennement connues. Mais cette aubaine profite beaucoup plus aux pâtissiers qui les utilisent pour la décoration des tartes en laissant tomber d'autres fruits onéreux tels les pommes cédées jusqu'à 160 DA le kilo, les poires à plus 200 DA et les bananes dont le prix stagne à 120 da le kilo. Concernant les fruits de saison, à savoir les pêches, les abricots et les nèfles, rares sont les consommateurs qui les achètent dans la mesure où ils considèrent qu'ils ne sont pas encore mûrs et que leur prix est excessif.

Votre commentaire s'affichera sur cette page après validation par l'administrateur.
Ceci n'est en aucun cas un formulaire à l'adresse du sujet évoqué,
mais juste un espace d'opinion et d'échange d'idées dans le respect.
Nom & prénom
email : *
Ville *
Pays : *
Profession :
Message : *
(Les champs * sont obligatores)