Alger - Revue de Presse

La détresse du TRS



Comme le handball ne draine pas la grande foule, et les officiels, qui n’ont d’yeux que pour le côté «budgétivore», les sponsors qui ont, pourtant, promis monts et merveilles, tournent le dos à cette formation atypique. Faute de moyens financiers, cette dernière trouve moult difficultés à répondre aux exigences de la division (l’Excellence).
Pour l’illustration, les jeunes du TRS se sont déplacés, ce vendredi à Alger, pour y rencontrer dans l’après-midi l’ogre du  groupement sportif pétrolier (GSP), ex- MCA. Cette virée, effectuée le jour de la rencontre, a été payée cash les jeunes du Taradji, qui ne demandent pourtant pas la lune. En perdurant, le manque de moyens risque de mettre en péril le seul représentant du handball sétifien dans le gotha national du jeu à sept. Cette situation devient pesante pour le staff dirigeant, qui lance, par le biais de Abdelaziz Haddadj, le président du club, un autre SOS. La mort dans l’âme, le numéro un du TRS dira: «Les dettes et les difficultés s’accumulent; hormis trois sponsors, à savoir la SPA/MAMI, Agro film et l’hôtel Reggani, que nous saluons au passage, les autres opérateurs économiques de la région n’ont pas donné suite à nos innombrables demandes de sponsoring. Soutenu par l’APC et la DJS que nous ne remercierons jamais assez, le club, qui compte plus de 300 licenciés, a besoin d’aide car il y va de l’avenir du handball à Sétif, qui a attendu des décennies pour voir enfin une équipe évoluer en super division.»                                                                  
 
Votre commentaire s'affichera sur cette page après validation par l'administrateur.
Ceci n'est en aucun cas un formulaire à l'adresse du sujet évoqué,
mais juste un espace d'opinion et d'échange d'idées dans le respect.
Nom & prénom
email : *
Ville *
Pays : *
Profession :
Message : *
(Les champs * sont obligatores)