Algérie

«La crise malienne gagnerait à être réglée dans les meilleurs délais possibles» Ahmed Gaïd Salah, chef d'état-major de l'Armée nationale populaire (ANP)

Le général de corps d'armée, Ahmed Gaïd Salah, chef d'état-major de l'Armée nationale populaire (ANP), a indiqué, selon l'APS, que la crise malienne engendre des répercussions négatives sur la situation sécuritaire dans la sous-région du Sahel et «gagnerait à être réglée dans les meilleurs délais possibles».
Le général de corps d'armée s'est exprimé à la réunion ordinaire du Conseil des chefs d'état-major des pays membres du Comité d'état-major opérationnel conjoint (Cemoc) tenue les 10 et 11 juillet 2012 à Nouakchott (Mauritanie). Le chef d'état-major de l'ANP a ajouté que «le devoir du voisinage, de la fraternité et de l'amitié nous recommande de les (Maliens) assurer de notre solidarité, aide et assistance, en termes de lutte contre le terrorisme et la criminalité organisée».
A ce titre, il a réaffirmé que l'ANP, en sa qualité d'institution républicaine de l'Etat algérien, «s'inscrit en droite ligne des positions fermes et franches prises au plus haut niveau de l'autorité politique, et considère que la solution à la crise malienne ne peut être que politique, décidée par les Maliens eux-mêmes et conformément à leurs intérêts nationaux en tant qu'Etat souverain». A ce propos,
il a rappelé «les principales actions arrêtées aux plus hautes instances politiques des pays de la sous-région, au sein des organisations régionales et continentale et par l'Organisation des Nations unies elle-même, qui se sont exprimées à l'unanimité pour une solution politique de la crise malienne dans le strict respect de l'unité territoriale de ce pays voisin et ami et l'obligation d'un retour rapide à la légalité constitutionnelle, en ce qu'elle est le cadre normal pour le règlement de la situation de vacance institutionnelle qu'il traverse».
Le général de corps d'armée, Ahmed Gaïd Salah, a souligné que «les actions ainsi arrêtées ont réaffirmé clairement et expressément l'attachement des pays de la sous-région à la prise en charge de cette crise dans le cadre régional, position irréversible qui se veut, a-t-il dit, le fondement même de notre stratégie de coopération et de coordination des actions de lutte contre le terrorisme et la criminalité organisée».
Par ailleurs, le chef d'état-major de l'ANP a réitéré sa conviction que «la stratégie adoptée demeure d'actualité et conserve toute sa pertinence qui, a-t-il rappelé, passe en premier lieu par la prise en charge de la menace terroriste par chacun de nos pays à l'intérieur de son territoire, et ce, en comptant, en premier lieu, sur ses propres forces et moyens, tout en s'inscrivant, bien entendu, dans une dynamique d'ensemble qui repose sur la coordination, l'entraide mutuelle, l'assistance et la conjugaison des efforts, particulièrement en matière d'échange de renseignements».
A la fin des travaux, les chefs d'états-majors des pays membres du Cemoc ont procédé à la signature d'un procès-verbal de réunion avant d'être reçus en audience par le président de la République islamique de Mauritanie.
Votre commentaire s'affichera sur cette page après validation par l'administrateur.
Ceci n'est en aucun cas un formulaire à l'adresse du sujet évoqué,
mais juste un espace d'opinion et d'échange d'idées dans le respect.
Nom & prénom
email : *
Ville *
Pays : *
Profession :
Message : *
(Les champs * sont obligatores)