Algérie

La crise irlandaise fait reculer les prix


Le dollar a repris, mardi, face à l’euro qui avait baissé à 1,35 dollar. Selon des experts la situation de l’Irlande serait la principale cause de ce recul de l’euro. En effet, l’Irlande pourrait être amenée à demander une aide de l’Europe pour assurer son redressement financier. Selon le commissaire européen aux Affaires économiques, Olli Rehn, la Commission européenne, la Banque Centrale européenne et le Fonds monétaire international mèneraient des discussions pour venir en aide aux banques irlandaises. Une mission d’experts représentant les trois institutions doit arriver aujourd’hui dans la capitale irlandaise, Dublin, pour discuter avec les autorités de la forme d’aide. Pour le ministre irlandais des Finances, Brian Lenihan, la concertation entre le gouvernement irlandais et les représentants des trois institutions revêt un caractère d’urgence. Après une première injection de 50 milliards d’euros au profit des banques, le problème persiste et le déficit serait estimé à environ 32% du produit intérieur brut (PIB) pour l’année 2010. La situation s’est dégradée ces derniers jours avec la hausse des taux d’emprunt de la dette souveraine de l’Irlande. Le problème des banques irlandaises serait dû à une bulle immobilière qui a entraîné un déficit public important. Ainsi, six mois après l’intervention en Grèce, le FMI et la Banque centrale européenne devront encore mobiliser d’importantes ressources financières pour stabiliser la situation. Pour faire face à ce genre de crise, l’Europe a mis en place, il y a plusieurs mois, au moment de l’apparition de la crise en Grèce, un Fonds de stabilisation financière garanti par les Etats européens. En ajoutant les ressources du FMI, l’Europe peut mobiliser environ 750 milliards d’euros pour ce genre de situation. Mais l’Etat bénéficiaire doit se soumettre à des obligations qui généralement consistent à rogner sur les dépenses publiques, entraînant une crise interne et des conflits sociaux.
Cette crise devrait encore influer sur la parité dollar-euro et avoir un effet sur les prix des matières premières, notamment le pétrole. Toutefois malgré le recul de l’euro, les prix du pétrole sont restés au-dessus des 80 dollars le baril hier. La semaine passée, les prix avaient approché la barre des 90 dollars à environ 88 dollars le baril grâce à des révisions à la hausse de la demande mondiale de pétrole pour 2010 et 2011. Le recul du dollar a aussi eu un effet.
L’autre facteur qui a favorisé le recul des prix du pétrole est l’annonce par le Premier ministre chinois de mesures susceptibles d’être prises pour lutter contre l’inflation. Ces mesures qui pourraient se traduire par une hausse des taux d’intérêt peuvent avoir un effet sur la consommation en Chine, donc d’une baisse de la demande en pétrole qui avait connu une hausse de 10% ces derniers temps par rapport à 2009.
Hier, à l’ouverture à New York, le WTI était à 82,44 dollars le baril. Tandis que le brent était à 84,56 dollars. En une semaine, les cours ont perdu environ 4 dollars le baril. Mais ils restent dans la fourchette 80-90 dollars le baril.
 
Votre commentaire s'affichera sur cette page après validation par l'administrateur.
Ceci n'est en aucun cas un formulaire à l'adresse du sujet évoqué,
mais juste un espace d'opinion et d'échange d'idées dans le respect.
Nom & prénom
email : *
Ville *
Pays : *
Profession :
Message : *
(Les champs * sont obligatores)