Algérie

La conscience en Islam


La conscience en Islam Quand l’homme est mû par une véritable inspiration et de vrais mobiles religieux, il engendre automatiquement en lui-même le désir du bien, se parant ainsi d’un grand attrait moral et faisant preuve d’un caractère et de vertus exemplaires. Cette inspiration et ces mobiles entraînent pour celui qu’ils habitent que la religion, dans sa forme la plus fondamentale, lui dicte son caractère et son comportement. Une conduite droite lui procure satisfaction à la fois au cours de la vie terrestre et dans l’au-delà. Nous appelons cette motivation la «conscience». Des hommes de loi peuvent exiger un haut niveau de comportement, mais ils manquent de raisons pour en encourager réellement la pratique. Ceci résulte de ce qu’ils sont incapables de motiver une conscience. Leurs lois peuvent encourager la moralité, mais leur véritable structure manque de la motivation positive pour que cette moralité s’applique. Piaget, éducateur et auteur francophone, affirme que: «La morale sans religion est redondante.» Selon lui avec l’aide des dirigeants religieux sincères, la religion cultive le caractère et crée une société vertueuse où il n’y a pas d’iniquité, de pauvreté, de division, de dissension ou de faiblesse. Dieu dit dans le Coran: «Alors aidez-vous les uns les autres vers la droiture et le devoir pieux et ne vous encouragez pas les uns les autres vers le péché et la transgression.» T.C., Sourate 5, (La Table), Verset 2. L’Islam a éduqué la conscience sur la base que l’homme devrait se montrer prudent dans ses actes, dans le respect de sa conduite envers les peuples et toutes les créatures de Dieu. Mohamed, le Messager de Dieu, raconte l’histoire de deux femmes, dont la première alla en enfer parce qu’elle maltraita un chat qu’elle avait emprisonné sans lui donner elle-même à manger et sans lui permettre de se nourrir lui-même de sorte que le chat mourut. La seconde femme, bien qu’elle fût une prostituée, fut pardonnée de ses erreurs et entra au paradis suite à ce qu’elle trouva un chien léchant de la boue près d’un puits. En voyant la souffrance pitoyable du chien, elle se dit: «La soif qui afflige ce chien m’afflige.» Elle alla donc au puits, s’y désaltéra, puis remplit ses souliers d’eau pour en abreuver le chien. Le Prophète Mohamed a fondé le principe de foi et, par conséquent, de bonne conduite par la tradition suivante: «Si vous vous sentez heureux par la bonne action que vous faites et malheureux par la mauvaise action que vous commettez, alors sachez que vous êtes un croyant.» Ce principe ne peut être compris que dans le contexte d’une conscience cultivée. Cependant l’Islam ne s’arrête pas à ce niveau et presse l’homme à s’élever à un plus haut degré de conscience où il reconnaît les droits des autres et rétablit ceux qu’il a sans s’en rendre compte, opprimés. Le Coran dit: «O vous qui croyez! Observez la justice et témoignez-en devant Allah même si elle est à votre désavantage.» T.C., Sourate 4, (Les Femmes), Verset 135. Le Prophète Mohamed dit: «Il y a trois attributs; s’ils se trouvent chez un homme, il accomplira sa foi: en donnant la charité malgré une pauvreté abjecte, en répandant la paix à travers le monde et en en accordant aux peuples les droits qui leur sont dus, sans recourir à un juge.» Dans toutes les circonstances il est du devoir de chacun de nous d’éduquer et de polir nos consciences. Dieu dit dans le Coran: «Ecoutez! L’écoute, la vision et le cœur, de chacun de ceux-ci il sera demandé des comptes.» T.C., Sourate 17, (Les Enfants d’Israël), Verset 36. En conclusion, on peut dire qu’un être vraiment humain est celui en qui s’est établie une vrai et inébranlable croyance et en qui se maintient, dans les profondeurs de son cœur, une vraie matrice de conscience. C’est cette véritable personne qui respectera la loi et le bien de la société, sa stabilité et sa structure, et la concorde de ses membres. Une société sans conscience n’a pas de repos, et il n’y a pas de conscience sans foi.   Cheikh Mohamed Kuftaro
Votre commentaire s'affichera sur cette page après validation par l'administrateur.
Ceci n'est en aucun cas un formulaire à l'adresse du sujet évoqué,
mais juste un espace d'opinion et d'échange d'idées dans le respect.
Nom & prénom
email : *
Ville *
Pays : *
Profession :
Message : *
(Les champs * sont obligatores)