Algérie

La Confédération générale des travailleurs italiens condamne Enlèvement de trois humanitaires étrangers à Tindouf

La Confédération générale des travailleurs italiens condamne Enlèvement de trois humanitaires étrangers à Tindouf
Le principal syndicat italien, la Confédération générale des travailleurs italiens (CGIL), condamne l'enlèvement des trois humanitaires européens (deux Espagnols et une Italienne) dans un camp de réfugiés sahraouis, à Tindouf.
«Le conseil de direction de la CGIL exprime sa ferme condamnation de l'enlèvement de trois coopérants internationaux dans les camps de réfugiés sahraouis à Tindouf, en Algérie, et exprime sa solidarité avec leurs familles», indique le syndicat dans un communiqué rendu public hier. «Il n'est pas encore clair ce que pourrait advenir de cet acte méprisable qui met en danger la sécurité des personnes enlevées et nous rappelle la dure réalité de la diaspora suite à l'occupation marocaine des territoires du Sahara occidental», affirme le syndicat. Il a rappelé la conférence internationale du 30 septembre dernier au cours de laquelle a été réaffirmé le droit du peuple sahraoui à l'autodétermination, et a exhorté les institutions internationales et l'Union européenne à initier une politique adéquate favorisant le respect des résolutions de l'ONU dans ce sens.
La Confédération demande «au gouvernement et au ministère italien des Affaires étrangères de travailler pour parvenir à une issue heureuse et rapide à la question des otages». Par ailleurs, l'ONG italo-africaine Vétérinaires sans frontières-Africa 70 a joint sa voix aux appels de solidarité avec les familles des trois travailleurs humanitaires enlevés : «Nos organisations, qui sont actives dans des camps de réfugiés sahraouis depuis 1997 pour la mise en 'uvre des projets de coopération, expriment leur surprise face à cet acte violent contre des humanitaires et espèrent que les associations d'aide aux réfugiés sahraouis poursuivent leur important travail de coopération pour atténuer les souffrances d'un peuple durement touché dans un conflit qui traîne maintenant depuis 36 ans.»
Votre commentaire s'affichera sur cette page après validation par l'administrateur.
Ceci n'est en aucun cas un formulaire à l'adresse du sujet évoqué,
mais juste un espace d'opinion et d'échange d'idées dans le respect.
Nom & prénom
email : *
Ville *
Pays : *
Profession :
Message : *
(Les champs * sont obligatores)