Algérie

La Casbah d?Alger

Un patrimoine qui crie sa douleur Des opérations de restauration qui, faut-il le rappeler, ont été menées en « solo », sans implication, ni concertation aucune avec les architectes restaurateurs. Sur la base du décret exécutif n°03-324 du 5 octobre 2003 portant modalités d?établissement du Plan permanent de sauvegarde et de mise en valeur des secteurs sauvegardés (PPSMVSS), conforté par le décret exécutif n°05-173 du 9 mai 2005 relatif à la création et à la délimitation du secteur sauvegardé « La Casbah d?Alger », le plan permanent de ce dernier s?étale sur une superficie de 120, 20 ha et inclut quatre communes : La Casbah, Alger-Centre, Bab El Oued et Oued Koriche. L?étude du plan du secteur sauvegardé de La Casbah, confié au Cneru avant 2004, n?a pas donné, selon les responsables de la direction de la culture de wilaya, les résultats escomptés. L?étude a révélé des insuffisances, et ce, faute d?approche méthodologique. Ce qui a poussé les autorités locales à revoir leur copie concernant l?étude du plan du secteur sauvegardé dans une démarche de concertation et de consultation obligatoire avec la direction de la culture de wilaya qui lui fixe les règles générales, les actions de modification ou de démolition des immeubles ainsi que les conditions architecturales sur l?ensemble du tissu urbain. Le décret exécutif n°03-324 du 5 octobre 2003 énonce dans son art. 20, chap. V que « pour les biens immeubles menaçant ruine et constituant un danger imminent, le P/APC, après avis de la direction de la culture de la wilaya, peut ordonner les mesures provisoires pour garantir la sécurité des citoyens (?) ». Plus loin dans le même chapitre, il est stipulé que « durant l?élaboration du PPSMVSS, tous travaux de restauration entrepris sur les biens culturels immobiliers proposés au classement, classés ou inscrits sur l?inventaire supplémentaire compris dans le secteur sauvegardé doivent être portés par le maître de l?ouvrage à la connaissance du bureau d?études ou de l?architecte chargé de l?élaboration du PPSMVSS ». Dans ce contexte, il y a lieu à relever la manière hasardeuse de l?APC d?Alger-Centre qui a décidé de démolir les immeubles 102, 104 et 106 situés à la rue Debbih Cherif ? dans le périmètre du secteur sauvegardé ? sans faire intervenir au préalable la direction de la culture. Désormais, dans tout plan directeur d?aménagement et d?urbanisme, les autorités locales se doivent de respecter le PPSMVSS dont l?étude, évaluée à environ 10 millions de dinars, est reprise depuis le 14 janvier dernier par le Cneru pour la mise en conformité. Elle sera achevée, selon le responsable du patrimoine de la direction de la culture, Farid Fettouche, dans 10 mois. Parallèlement aux phases de l?élaboration de l?étude, des séances de concertation et consultation obligatoires seront tenues auxquelles participeront les présidents d?APC, dont le territoire relève du plan du secteur sauvegardé « La Casbah d?Alger », les différents organismes et administrations publics ainsi que les associations concernées, nous apprend-on. Par ailleurs, il est fort probable que les zones de servitude dans le PPSMVSS puissent faire l?objet de démolition.
Votre commentaire s'affichera sur cette page après validation par l'administrateur.
Ceci n'est en aucun cas un formulaire à l'adresse du sujet évoqué,
mais juste un espace d'opinion et d'échange d'idées dans le respect.
Nom & prénom
email : *
Ville *
Pays : *
Profession :
Message : *
(Les champs * sont obligatores)