Algérie

L?opposition libanaise retire ses hommes armés de Beyrouth



L?armée désavoue Seniora L?armée libanaise a révoqué les décisions du gouvernement à l?encontre du Hezbollah en maintenant à son poste le chef de la sécurité de l?aéroport, jugé proche du Hezbollah par le gouvernement. En réaction, l?opposition a décidé de retirer ses hommes armés de Beyrouth et de confier le contrôle de la capitale à l?armée, tout en poursuivant son mouvement de « désobéissance civile ». L?armée, qui a pu garder sa neutralité lors des quatre derniers jours de combats, a également demandé aux hommes armés de se retirer des rues. Le Premier ministre libanais, Fouad Seniora, avait confié, quelques instants plus tôt, à l?armée le sort de ces décisions qualifiées par le Hezbollah de « déclaration de guerre », qui avaient été à l?origine de violents combats entre anti et pro-gouvernementaux. Par ailleurs, l?armée « se chargera d?étudier le dossier du réseau de télécommunications » du Hezbollah, qualifié récemment par le gouvernement de « violation à la souveraineté du Liban », et sur lequel il voulait enquêter, lit-on dans le communiqué de l?armée. Les décisions de celle-ci ont tout de suite été saluées par deux pôles de la majorité, Saâd Hariri, leader du mouvement du Futur et Walid Joumblatt, chef du Parti socialiste progressiste. La décision de l?armée est une première dans un pays où son rôle était strictement confiné au maintien de l?ordre. Sur le plan des violences, 14 personnes ont été tuées hier lors d?affrontements. Au total, 32 personnes ont été tuées depuis le début (mercredi) des combats entre des partisans de la majorité parlementaire et l?opposition menée par le Hezbollah. A Beyrouth, 6 personnes ont été tuées et 20 autres blessées par des hommes armés qui ont ouvert le feu sur une foule participant aux funérailles d?un civil sunnite tué dans des combats dans l?ouest de la capitale, a déclaré, à l?AFP, une source hospitalière. Depuis vendredi soir, les combats se sont déplacés vers le nord du pays et la Montagne, une région à l?est de Beyrouth. Dans le nord du Liban, dans la localité de Halba, 5 personnes, dont des civils, ont été tuées lors de violents combats armés entre des militants du Parti social nationaliste syrien (prosyrien) et des partisans du mouvement du Futur de Saâd Hariri. La Montagne est le fief du chef druze, Walid Joumblatt, qui est à l?origine de plusieurs attaques verbales contre le Hezbollah. D?ailleurs, ce dernier a accusé, hier, dans un communiqué, des partisans de Joumblatt d?avoir kidnappé 3 de ses militants et tué 2 d?entre eux. « Le Hezbollah tient le leader druze, Walid Joumblatt, pour personnellement responsable du sort de la troisième personne, encore portée disparue », ajoute le communiqué. Sur le plan diplomatique, la Ligue arabe tiendra aujourd?hui au Caire une réunion ministérielle extraordinaire pour débattre des événements au Liban et des derniers développements, notamment le contrôle de plusieurs quartiers de Beyrouth-Ouest par le Hezbollah. La réunion des ministres des Affaires étrangères arabes sera capitale car « les Etats arabes doivent assumer leurs responsabilités au sujet de la situation au Liban », a estimé, hier, Amr Moussa, secrétaire général de la Ligue arabe. Le Qatar et la Syrie l?actuelle présidente de la Ligue ? se sont montrés peu enthousiastes pour cette réunion. La Ligue arabe avait proposé un plan de règlement de la crise libanaise, prévoyant l?élection d?un nouveau président, la formation d?un gouvernement d?union et une réforme de la loi électorale en vue d?un nouveau scrutin législatif en 2009. De leur côté, les Etats-Unis, qui accusent le Hezbollah de terrorisme et d?être un cheval de Troie de l?Iran à la frontière d?Israël, se sont dits « très troublés » par l?initiative du mouvement chiite et ont dit consulter les autres puissances occidentales pour prendre des mesures contre « ceux qui sont responsables de la violence ».
Votre commentaire s'affichera sur cette page après validation par l'administrateur.
Ceci n'est en aucun cas un formulaire à l'adresse du sujet évoqué,
mais juste un espace d'opinion et d'échange d'idées dans le respect.
Nom & prénom
email : *
Ville *
Pays : *
Profession :
Message : *
(Les champs * sont obligatores)