Algérie

L?islamophobie, toujours et encore


Voici venir une nouvelle crise dont on se serait bien passé. Aux Pays-Bas, un député d?extrême droite, Geert Wilders, a l?intention de diffuser à partir du 1er avril un film contre l?Islam intitulé « Fitna ». Pour l?heure, personne n?en a vu le moindre extrait mais les précédentes déclarations islamophobes de l?intéressé ne laissent planer aucun doute sur son contenu. Il y a fort à parier que Fitna est un brûlot destiné à critiquer la religion musulmane et à la présenter comme étant intrinsèquement violente, sanguinaire ou que sais-je encore. Peut-on attendre autre chose de ce genre d?individu ?Bien entendu, cette provocation est destinée à encore mettre le feu aux poudres. En effet, on voit mal comment la diffusion de ce film pourrait ne pas déclencher les habituelles manifestations de protestation dans le monde musulman. Le précédent des caricatures du Prophète l?a bien démontré. Dans un monde globalisé tel que le nôtre, la moindre critique virulente émise en Occident contre l?Islam peut faire le tour de l?Oumma en quelques secondes et déboucher sur les scènes d?hystérie collective que nous connaissons trop bien.Il y a fort à parier que, quelque part, des ambassades néerlandaises seront assiégées et l?on parlera certainement de boycottage des produits en provenance des Pays-Bas. D?ailleurs, plusieurs chancelleries musulmanes, dont celles d?Egypte et du Pakistan, ont déjà transmis leurs protestations au gouvernement de La Haye et il faut s?attendre à ce que d?autres leurs emboîtent le pas. Pour l?heure, la situation est encore sous contrôle. Le fournisseur d?accès internet américain Network Solutions a suspendu en début de semaine le site à partir duquel Geert Wilders a décidé de diffuser son « film ». Et en fin de semaine, un tribunal sollicité par la fédération islamique néerlandaise doit statuer sur son interdiction pour des motifs éventuellement liés au racisme ou à l?appel à la haine raciale. Mais il ne faut pas se leurrer car le député, insensible aux appels à la raison lancés par le Premier ministre chrétien-démocrate Jan Peter Balkenende et aux manifestations de protestation de militants antiracistes, va bien finir par trouver le moyen de diffuser son oeuvre. Il a d?ailleurs déjà prévenu que, s?il le fallait, il la distribuerait lui-même sous forme de DVD dans les rues d?Amsterdam.Il est impossible de ne pas éprouver de l?inquiétude face à cette affaire. Comme je l?ai dit, il est quasiment certain que de nombreux musulmans ne sauront pas faire preuve de retenue face à ce qu?ils considéreront comme un affront inacceptable. L?idéal serait pourtant d?ignorer Geert Wilders et de ne pas tomber dans le piège tendu. Car ce qu?ambitionne ce triste personnage, c?est bien de provoquer une nouvelle tension, et pourquoi pas un choc frontal, entre l?Islam et l?Occident. C?est là, toute la nouvelle stratégie de l?extrême droite européenne qui a fait évoluer son discours en le faisant passer de la critique musclée de l?immigration à la dénonciation de l?Islam avec pour toile de fond le discours à propos du choc des civilisations. Dans cette affaire, Geert Wilders a déjà des alliés objectifs. Il s?agit des régimes arabes et musulmans qui pensent qu?ils ont tout intérêt à souffler sur les braises comme ils l?avaient déjà fait pour les caricatures du Prophète. Leur objectif sera double : d?abord ne pas risquer de se laisser déborder par les mouvements islamistes qui ne vont pas manquer de monter au créneau. Ensuite, l?occasion sera trop belle pour eux d?occuper leurs peuples en leur offrant un exutoire à bon compte qui les détournera de revendications concernant la démocratie, les libertés individuelles et les droits de l?homme. A ce sujet, faut-il rappeler « l?émotion » des ministères arabes de l?Intérieur après la publication des caricatures danoises...L?autre aspect important de cette polémique annoncée c?est qu?elle n?a rien de surprenant. Depuis les attentats du 11 septembre 2001, cogner contre l?Islam et les musulmans est un exercice récurrent en Occident. Oriana Fallaci a ouvert la voie dans laquelle se sont engouffrés des dizaines d?essayistes, d?écrivains et même d?hommes politiques. Il suffit de parcourir n?importe quel supplément littéraire pour se rendre compte que la critique, même outrancière, de l?Islam est vendeuse. En termes économiques, il y a un marché pour l?islamophobie comme, jadis, il y en avait un pour l?anticommunisme primaire. Mais la question que je me pose c?est de savoir comment vont réagir ceux qui, en France comme ailleurs, ont défendu les auteurs des dessins danois. Vont-ils une nouvelle fois brandir l?argument de la liberté d?expression même s?il s?agit, cette fois-ci, d?un politicien peu recommandable dont le courant politique a flirté avec l?antisémitisme ? Gageons que cette fois-ci, il se trouvera encore des intellectuels et des journalistes connus qui prendront leur plume pour défendre Geert Wilders et cela toujours au nom de la liberté d?expression. Qu?importe qui il est et ce qu?il représente : on lui trouvera des circonstances atténuantes, on dira qu?il y a du vrai dans ce qu?il peut raconter - tout comme certains disaient qu?il y avait du vrai dans ce que Jean-Marie Le Pen proférait à propos des immigrés. En clair, on relativisera, on nuancera, on biaisera, parce que, fondamentalement, il y a aujourd?hui un fort courant de pensée qui transcende les opinions politiques et pour lequel les musulmans sont un danger pour l?Occident, qu?ils sont indéfendables et qu?on peut donc leur envoyer n?importe quoi à la figure.Je le répète, l?idéal serait d?ignorer cela. Le mieux serait que tous ceux qui travaillent à l?ijtihad-je ne parle pas des charlatans qui nous imposent à fréquence régulière des ouvrages sur la maladie de l?Islam ou le sexe et l?Islam-arrivent à faire entendre leur voix pour expliquer que l?on se grandit à ne pas réagir à de pareilles provocations. Mais je reconnais que l?exercice est difficile. C?est d?autant plus vrai que l?Histoire a montré que la stigmatisation d?une communauté - les musulmans d?Europe dans ce cas précis - débouche souvent sur le pire.C?est ce qu?ambitionne Geert Wilders et je crains malheureusement qu?il ne soit pas le seul dans ce cas.
Votre commentaire s'affichera sur cette page après validation par l'administrateur.
Ceci n'est en aucun cas un formulaire à l'adresse du sujet évoqué,
mais juste un espace d'opinion et d'échange d'idées dans le respect.
Nom & prénom
email : *
Ville *
Pays : *
Profession :
Message : *
(Les champs * sont obligatores)