Algérie

L'internet englué dans sa toile

L'internet englué dans sa toile
La technologie du numérique va vite, trop vite même, à la vitesse C, celle de la lumière. Les réseaux se forment, s'enchevêtrent, s'interconnectent, rapprochent les distances et rendent l'information instantanée et la connaissance vulgarisée ou savante disponible pour ceux qui la recherchent. Le e-commerce se développe, le télétravail aussi. Le e-learning est devenu la solution pour la certification et la validation des équivalences et des savoirs acquis. L'administration se propose en self-service. Finis les plis portés et la correspondance postale, le e-mail instantané et sûr a pris le dessus. Les réseaux sociaux, facebook surtout, créent de nouvelles relations humaines, le virtuel fait apparaître des liens tissés plus au moins solides entre des individus et des groupes qui partagent les mêmes centres d'intérêts. L'internet a pris une grande place dans l'activité humaine. Le revers de la médaille est l'addiction à ces liens virtuels. Des accrocs de l'internet se font de plus en plus nombreux, ce nouveau fléau touche un tas de populations à travers le monde. Pour eux, se déconnecter, c'est mourir à petit feu. Le phénomène est pris très au sérieux, en France, le Premier ministre propose une loi pour ne pas couper l'internet à ceux qui se sont retrouvés dans la précarité à cause du chômage. Ainsi, l'internet devient comme l'eau, l'électricité et le gaz, on n'en prive pas ceux qui sont en difficulté. Les laisser connectés pour garder les liens avec la société et trouver des issues à leurs situations. Où en sommes-nous dans tout cela ' L'Algérie est à l'ère de la fibre optique et des équipements des plus sophistiqués, mais leur gestion est encore à l'ère de la commutation téléphonique, celle des opératrices qui connectaient et déconnectaient à la main les fiches des abonnées. Les câbles aériens donnent une vue de ce qu'est la gestion du secteur de la téléphonie fixe : du bricolage qui fait gerber une gerboise. Quand une équipe technique intervient pour dépanner un abonné, c'est d'autres qui se font déconnecter à cause du bric-à-brac qui est la règle. Dans quel pays qui se respecte, des entreprises commerciales ignorent leurs usagers et bafouent les règles et les contrats commerciaux qu'elles proposent à leur clientèle ' Certains, par dépit, sont allés jusqu'à écrire au DG d'Algérie Telecom pour un simple dérangement qui a duré plusieurs mois, ce qui a fait dépêcher chez l'abonné, une armada de techniciens supervisés par le chef du central téléphonique d'une ville de l'intérieur du pays, situation tragi-comique -le dérangement n'était dû simplement qu' à une vis mal serrée dans le boîtier. Comment conçoit-on qu'un abonné reste en dérangement pendant des mois et paye ses factures pour un service non consommé ' Comment expliquer qu'un abonné paye pour une bande passante de 2 mégaoctets et ne reçoit au plus que 256 kilooctets à cause des câbles vétustes et shuntés en dizaines de n?uds ' Comment accepter que les jours d'indisponibilité de la connexion suite à des travaux d'entretien récurrents d'Algérie Telecom, ne soient pas déduits de la facture ' Pourquoi oblige-t-on que seule la ligne téléphonique soit porteuse de la connexion d'internet ' Dans beaucoup de pays la ligne du réseau internet est séparée de la ligne téléphonique. Ainsi, il n'y aura pas de double dérangement. Les tarifs restent des plus chers au monde. En France, la concurrence fait que les prix sont tirés toujours vers le bas. A seulement 29 euros, est proposé un abonnement à l'internet haut débit (8 méga), le téléphone en illimité et des chaînes de télévision. Si Algérie Telecom ne peut pas satisfaire sa clientèle elle n'a qu'a sous-traiter avec des entreprises compétentes, en attendant une loi anti-trust qui lui enlèverait sa situation de monopole sur le secteur : (où sont ces députés censés proposer les lois '). Sinon faites généraliser la 4G fixe -sans fil- à tout le pays et débarrasser l'environnement de ces toiles de câbles noirs pénalisants et ces poteaux en bois d'un autre temps qui enlaidissent les rues, devenus un danger pour la sécurité des personnes et font du pays la risée des étrangers en visite.


Votre commentaire s'affichera sur cette page après validation par l'administrateur.
Ceci n'est en aucun cas un formulaire à l'adresse du sujet évoqué,
mais juste un espace d'opinion et d'échange d'idées dans le respect.
Nom & prénom
email : *
Ville *
Pays : *
Profession :
Message : *
(Les champs * sont obligatores)