Algérie

L'errance de la mémoire

Après Les assassins de la citadelle, dans lequel Stéphane Babey explorait la face cachée de sa vie, à savoir le lointain souvenir d'un père algérien jamais connu, l'écrivain vient de publier L'inconnu d'Alger*. Là encore, il tente ce retour vers ce néant qui lui a donné le jour et qu' il met à profit pour tenter de s'approprier une part de cette Algérie qu'il fait sienne. C'est une toute nouvelle maison d'édition parisienne, Koutoubia, qui vient de faire paraître le nouvel opus de Stéphane Babey. L'auteur déchiré par la source de son existence, avec un père algérien qu'il n'a jamais connu, veut en savoir plus. Il puise dans son imagination une histoire fictionnelle entre la France et l'Algérie d'aujourd'hui. Que faire d'un père absent, quand on est un enfant, qu'on vit en France, auprès d'une mère européenne ' Un père idéalisé pour un pays rêvé, le temps de l'enfance. Jusqu'à ce que la vérité surgisse. Des années plus tard, elle s'accroche toujours à lui, inébranlable. Le nouveau roman de Stéphane Babey est une révolte. Contre une identité perdue et l'ignorance de ce père, combattant de la guerre de Libération nationale, qui lui a donné la vie avant de disparaître dans un tourbillon. Le fils en retire une conscience aiguë des drames de l'histoire qui broient les individus comme les peuples et les pays entiers. De Paris à Alger, d'une rive à l'autre de la Méditerranée, le même refus de l'errance individuelle et collective. Henry Bonnier, écrivain et aujourd'hui fondateur des éditions Koutoubia, connu aussi pour ses affinités avec Albert Camus, ne s'en cache pas. « Ce livre m'a tout d'abord troublé, ému par ses accents camusiens ». D'un bout à l'autre du roman, les accents déchirés de l'auteur de L'étranger se font entendre. Tout comme est présent le cri de révolte des Algériens contre les pouvoirs autoritaires et les dogmatismes en tout genre. Stéphane Babey dit à ce sujet, penser particulièrement à l'écrivain Kateb Yacine. L'Inconnu d'Alger, titre du roman, est en réalité la confrontation avec trois inconnus qui viennent se croiser, se mêler l'un à l'autre. Celui d'une identité perdue, celui des nouvelles générations d'émigrés en France pour qui l'espoir s'amenuise de jour en jour dans les banlieues abandonnées et celui d'une Algérie toujours en proie à la violence et au déficit démocratique. Des fantasmes de l'enfance à la lucidité donnée par l'exigence de vérité, ce livre est aussi un voyage dans cette Algérie méconnue par la France et qui, elle-même, se construit en se recherchant. Miroir, mon beau miroir'* L'inconnu d'Alger de Stéphane Babey aux Editions Koutoubia Paris février 2009
Votre commentaire s'affichera sur cette page après validation par l'administrateur.
Ceci n'est en aucun cas un formulaire à l'adresse du sujet évoqué,
mais juste un espace d'opinion et d'échange d'idées dans le respect.
Nom & prénom
email : *
Ville *
Pays : *
Profession :
Message : *
(Les champs * sont obligatores)