Algérie

L'argent placé aux USA est protégé


A une question d'un journaliste de l'agence de presse chinoise accrédité à Alger sur les effets de la crise financière mondiale en Algérie, Ouyahia dérogera à la règle qu'il a imposée au début de sa conférence pour y répondre presque dans le détail. « Votre pays a reconnu l'indépendance de l'Algérie il y a 50 ans, la Chine a donné des armes à notre pays au temps de la révolution, donc je vous considère aux trois quarts algérien et je répondrai à votre question qui est hors contexte », a-t-il tenu à préciser. « L'économie algérienne étant encore en retard, son rapport avec l'économie mondiale est essentiellement par le biais des hydrocarbures, donc son système économique est aujourd'hui à l'abri, parce qu'on n'a pas encore fait évoluer notre relation avec l'économie mondiale », a-t-il expliqué. Maintenant, ajoutera-il « si la récession économique est sévère et durable, elle entraînera des conséquences sur notre économie ».

En cas de chute du baril du pétrole à 10 dollars, Ouyahia est ainsi persuadé que « notre économie ne sera à l'abri que sur trois ou quatre ans ». L'existence des 130 milliards de dollars de réserves de change lui permettent d'adopter un ton rassurant.

« Quand on va mal, on a beaucoup d'experts qui apparaissent », a-t-il ironisé avant de revenir sur les 43 milliards de dollars des réserves de change placés par l'Algérie aux Etats-Unis. « C'est de l'argent qui est protégé, il n'est pas perdu; placé à 3%, il rapportera l'année prochaine encore 4,5 milliards de dollars d'intérêts », affirme-t-il.




Votre commentaire s'affichera sur cette page après validation par l'administrateur.
Ceci n'est en aucun cas un formulaire à l'adresse du sujet évoqué,
mais juste un espace d'opinion et d'échange d'idées dans le respect.
Nom & prénom
email : *
Ville *
Pays : *
Profession :
Message : *
(Les champs * sont obligatores)