Algérie - Revue de Presse

L?Anaem s?installe à Alger


Fonctionnelle en mars L?Agence nationale d?accueil des étrangers et pour les migrations (Anaem), ex-Office des migrations internationales (OMI), ouvre une délégation en Algérie. Celle-ci devrait être fonctionnelle dans la première quinzaine du mois de mars. Elle sera animée par Rachid Bouzidi, conseiller à l?intégration et aux relations avec les associations au cabinet de Jean-Louis Borloo, ministre de l?Emploi et de la Cohésion sociale. Une mission de préfiguration a eu lieu à Alger du 17 au 21 septembre 2006. La feuille de route de Rachid Bouzidi consiste à gérer deux volets d?activité : les visas long séjour et le dispositif concernant l?aide au retour des personnes en situation irrégulière et leur réinsertion économique. Une aide financière plafonnée à 7000 euros est accordée aux personnes en situation irrégulière invitées à quitter le territoire français, qui reviennent au pays avec la perspective de créer une activité. Une aide en termes d?expertise pour préparer le projet et un accompagnement en Algérie leur sont également consentis. « Nous avons souhaité ne pas faire double emploi avec les dispositifs qui existent en Algérie. Pour ce faire, nous avons arrêté une méthodologie de travail avec les ministères algériens concernés : Solidarité, Travail et Protection sociale, fondée sur la concertation et la complémentarité », nous signale Rachid Bouzidi. Ainsi, l?aide sera consentie, en amont, en France, puis se poursuivra en Algérie à travers les dispositifs algériens. A souligner que d?octobre 2004 à décembre 2005, 180 personnes sont rentrées en Algérie. Ce chiffre devra augmenter. Pour ce qui est du regroupement familial, partie importante du volet visas long séjour, les dossiers sont constitués en France par les chefs de famille, instruits par l?Anaem France et par la préfecture de police du département de résidence du demandeur. Les dossiers, répondant aux critères de regroupement familial, une fois validés, sont ensuite transmis au consulat général d?Alger qui mène une seconde instruction en direction des membres de la famille résidant en Algérie concernés par le regroupement familial. Le visa est délivré dans un laps de temps réglementaire de six mois. C?est la procédure en cours à ce jour. Toutefois, dès qu?elle sera opérationnelle, c?est la délégation algérienne de l?Anaem qui traitera l?instruction de la partie algérienne du dossier de regroupement familial, tandis que le consulat général français continuera de se charger de la délivrance du visa.
Votre commentaire s'affichera sur cette page après validation par l'administrateur.
Ceci n'est en aucun cas un formulaire à l'adresse du sujet évoqué,
mais juste un espace d'opinion et d'échange d'idées dans le respect.
Nom & prénom
email : *
Ville *
Pays : *
Profession :
Message : *
(Les champs * sont obligatores)